Nouvelle-Calédonie: le pays choisit une nouvelle fois la France

Les habitants de la Nouvelle-Calédonie ont rejeté l’indépendance avec 53,26% des voix. Même s’ils ont perdu aujourd’hui, les indépendantistes espèrent encore une victoire lors du troisième référendum qui peut se tenir d’ici à 2022.

04 oct. 2020, 18:12
Le non à l'indépendance l'emporte de peu en Nouvelle-Calédonie.

La Nouvelle-Calédonie, archipel stratégique de 270’000 habitants dans le Pacifique-sud, a choisi dimanche une nouvelle fois de rester dans le giron français. Ce deuxième référendum d’autodétermination a été marqué par une mobilisation sans précédent.

Le président français Emmanuel Macron a salué le résultat «avec un profond sentiment de reconnaissance» et d’«humilité» lors d’une allocution solennelle depuis l’Elysée. Le non à l’indépendance est arrivé en tête avec 53,26% des voix, mais perd plus de trois points par rapport au premier référendum du 4 novembre 2018, où les pro France l’avaient emporté avec 56,7% des voix, un résultat considéré à l’époque comme plus serré que prévu.

 

 

Ces résultats confortent les indépendantistes, qui bien que perdants, se réjouissent de cette progression. Elle leur fait espérer une victoire lors du troisième référendum, qui en vertu de l’accord de Nouméa, peut-être organisé d’ici 2022.

«Si ce n’est pas aujourd’hui (que l’indépendance l’emporte, ndlr), ce sera au troisième référendum. On respecte le résultat de ce soir», a déclaré Pascal Sawa, maire de Houaïlou et membre de l’union calédonienne (FLNKS).

«Clivage profond»

«Je ne suis pas satisfait de la tendance que nous avons ce soir, qui met en évidence à nouveau le clivage profond qui sépare la société calédonienne sur cette question fondamentale de l’indépendance», a déclaré le président du gouvernement, Thierry Santa (droite, loyaliste).

Dans ce territoire à 18’000 km de Paris, qui représente l’un des derniers bastions de souveraineté européenne dans la zone, le scrutin a été marqué par un taux de participation historique de 85,64%, supérieur à celui du premier scrutin il y a deux ans (81%).

Je ne suis pas satisfait de la tendance que nous avons ce soir, qui met en évidence à nouveau le clivage profond qui sépare la société calédonienne sur cette question fondamentale de l’indépendance.
Thierry Santa, président du gouvernement

«Les résultats sont assez surprenants, avec des chiffres qui attestent d’une vraie progression du camp du oui, en hausse dans toutes les communes», analyse le docteur en géopolitique, Pierre-Christophe Pantz. Dans la capitale Nouméa, fief loyaliste, le oui a ainsi augmenté de près de 4 points, pour atteindre 23,31%.

Près de 180’598 électeurs de cet archipel français, colonisé en 1853 et disposant d’importantes réserves de nickel, étaient invités à répondre à la question: «Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante?».

Concerts de klaxons

Dans les rues de Nouméa et dans les quartiers populaires à majorité kanak, les indépendantistes ont largement manifesté durant toute la journée et la soirée leur enthousiasme par des concerts de klaxons et des défilés de drapeaux. En revanche, l’ambiance était plus calme du côté des partisans du maintien dans la France.

Tous les habitants du Caillou n’ont pas pu s’exprimer: le corps électoral de ce scrutin sensible est conditionné à plusieurs critères, comme justifier d’une résidence continue en Nouvelle-Calédonie depuis au moins le 31 décembre 1994, être natif de l’archipel ou relever du statut civil coutumier kanak.

Christophe, 57 ans, dont parents et grands-parents sont nés sur le Caillou, a choisi la France, estimant que «la Nouvelle-Calédonie n’était pas prête à être indépendante financièrement». Guillaume Berger, un autre Caldoche, a lui opté pour le oui. «Notre présence ici sera remise en question si on n’est pas capable de construire l’indépendance avec les Kanak».