Réservé aux abonnés

"Notre présence est un gage de sécurité"

Depuis 2002, des observateurs internationaux assurent une présence protectrice dans les territoires occupés. Entre révolte et espérance, témoignage d'un volontaire suisse.
08 sept. 2015, 17:02
data_art_3346392.jpg

PAR CHRISTIANE IMSAND

" Au début, c'est assez perturbant de se trouver face à un soldat qui braque son fusil sur toi! ".

Markus Schnetzer, 65 ans, n'est pas un enfant de choeur. Il était bien informé de la situation au Proche-Orient avant de partir dans les territoires occupés, mais c'est autre chose d'être confronté à la réalité du terrain.

Ce jeune retraité zurichois, établi en Valais, vient de passer quatre mois en Cisjordanie dans le cadre d'un programme d'observation lancé par le Conseil oecuménique des Eglises.

Il en est revenu avec un sentiment de révolte accru, mais sans perdre l'espo...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois