Nigeria: la lutte contre Boko Haram minée par la corruption

La corruption au sein de l'armée nigériane entrave la lutte contre Boko Haram au Nigeria.

18 nov. 2015, 13:44
La corruption dans l'armée nigériane rend difficile la lutte contre Boko Haram.

La lutte contre les islamistes de Boko Haram a été minée par la corruption au sein de l'armée nigériane, regrette le président nigérian Muhammadu Buhari. Ce dernier se base sur un rapport d'une commission spéciale sur ce sujet.

Ce rapport "révèle plusieurs transactions financières illicites et frauduleuses", mettant en cause le Bureau du conseiller à la sécurité nationale, dont l'ex-titulaire est déjà inculpé de blanchiment d'argent, selon la présidence nigériane. Le président Buhari a donné l'ordre que tous ceux qui sont impliqués dans des contrats frauduleux d'achats d'armes et d'équipements, qui représentent plusieurs milliards de dollars, "rendent des comptes".

Selon ce rapport, quelque 5,3 milliards de dollars avaient été alloués au Bureau du conseiller à la sécurité nationale et aux états-majors de la défense, des armées de terre et de l'air et à celui de la marine. "Il apparaît que malgré cet énorme effort financier, très peu a été dépensé pour soutenir les approvisionnements militaires", note le communiqué présidentiel.

Des 513 contrats étudiés, 53 se sont révélés "frauduleux". Les contrats "n'ont pas été exécutés, les équipements ne sont jamais parvenus à l'armée de l'air nigériane et ne figurent pas à son inventaire", poursuit la présidence.

"Les révélations de ce rapport sont extrêmement inquiétantes compte tenu que ces malversations ont eu lieu à un moment où l'armée combattant l'insurrection dans le nord-est avait un besoin désespéré d'équipements et de munitions", a jugé le président Buhari. "Si les fonds siphonnés par ces entreprises douteuses avaient réellement été utilisés dans le but auquel ils étaient destinés, des milliers de vies innocentes de Nigérians auraient été épargnées", a-t-il assuré.

Général à la retraite et déjà président du Nigeria de décembre 1983 à août 1985, Muhammadu Buhari a pris ses fonctions en mai. Il s'est fixé comme priorité de mettre un terme d'ici la fin de l'année à l'insurrection de Boko Haram qui a fait 17'000 morts depuis 2009.