Naufrage en Malaisie: le bilan s'élève à 9 morts

Le bateau transportant 97 immigrés indonésiens clandestins et qui a fait naufrage dans la nuit de mardi à mercredi près de port de Klang en Malaise compte désormais 9 morts. Vingt-six personnes sont toujours portées disparues.

19 juin 2014, 08:11
Au moins neuf personnes ont péri et 26 sont portées disparues à la suite du naufrage en Malaisie, ont annoncé jeudi les autorités locales lors d'un nouveau bilan. Le bateau qui transportait 97 immigrés indonésiens clandestins était surchargé.

Au moins neuf personnes ont péri et 26 sont portées disparues à la suite du naufrage en Malaisie, ont annoncé jeudi les autorités locales lors d'un nouveau bilan. Le bateau qui transportait 97 immigrés indonésiens clandestins était surchargé.

L'embarcation avait coulé dans la nuit de mardi à mercredi dans une mer agitée, près du port de Klang, le plus grand du pays. Neuf corps ont été repêchés, 62 personnes ont été secourues et 26 sont portées disparues, ont précisé les autorités malaisiennes.

Des immigrés clandestins portés disparus pourraient avoir rejoint eux-mêmes le littoral pour échapper la police, selon la même source.

L'embarcation, qui devait mesurer au maximum neuf mètres de long et deux mètres de large, transportait trois fois plus de passagers que prévu par les mesures de sécurité: "le bateau était trop petit pour 97 personnes qui devaient être très à l'étroit", a déclaré Mohamad Zuhri, porte-parole de l'Agence malaisienne de police maritime.

Des passagers secourus ont déclaré qu'ils voulaient retourner en Indonésie par le détroit de Malacca, couloir maritime entre la Malaisie et l'île indonésienne de Sumatra, pour le mois du ramadan célébré par les musulmans.

Deux millions d'immigrés clandestins

La Malaisie attire des travailleurs immigrés de pays voisins plus pauvres, tels que l'Indonésie, le Bangladesh et la Birmanie. Au moins deux millions d'immigrés clandestins, en grande majorité d'Indonésie, travaillent en Malaisie, selon certaines estimations.

Les accidents de ce type sont fréquents, dans la mesure où des milliers de migrants tentent de gagner la Malaisie à bord d'embarcations fragiles, dans l'espoir de trouver un travail dans le bâtiment, des usines ou des plantations, secteurs souvent évités par les Malaisiens.