Mort du PDG de Total: le conducteur de la déneigeuse fautive était-il ivre?

L'enquête sur la mort du PDG de Total, dont le jet privé a été heurté par une déneigeuse sur le tarmac d'un aéroport russe, avance. Il semblerait que le conducteur de l'engin était ivre au moment des faits. Son avocat dément.

21 oct. 2014, 15:04
Le patron de Total, Christophe de Margerie, a trouvé la mort lundi dans l'accident de son jet privé au décollage de l'aéroport Vnukovo de Moscou.

Le conducteur de la déneigeuse qui est entrée en collision avec l'avion privé du patron du groupe pétrolier français Total à l'aéroport moscovite de Vnoukovo, était ivre, a annoncé mardi le comité d'enquête russe. Une accusation démentie par l'avocat de l'intéressé. La direction de l'aéroport est par ailleurs dans le viseur des enquêteurs.

Parmi les scénarios possibles ayant provoqué dans la nuit de lundi à mardi la mort de Christophe de Margerie et de trois membres d'équipage figurent "une erreur des aiguilleurs du ciel et les actes du conducteur de la déneigeuse", a indiqué le comité dans un communiqué. "Il a été établi que le conducteur de la déneigeuse était en état d'ivresse", a-t-il précisé.

Les enquêteurs évoquent également "les mauvaises conditions météorologiques et une erreur de pilotage".

Démenti de l'avocat

Pour sa part, l'avocat du conducteur a affirmé que son client - interpellé pour 48 heures selon le comité d'enquête - souffrait d'insuffisance cardiaque chronique et n'était pas ivre au moment de l'accident.

"Il ne boit jamais, cela peut être confirmé par sa famille, comme par les médecins", a déclaré l'avocat Alexandre Karabanov, cité par l'agence Interfax. "Au moment de l'accident, il avait toute sa tête", a martelé l'avocat.

De son côté, le comité d'enquête a annoncé son intention de demander l'arrestation du conducteur. Les enquêteurs vont "vérifier si ses actes et cette tragédie sont liés", a indiqué le comité.

"Négligence criminelle"

Par ailleurs, le comité d'enquête russe a affirmé que l'accident d'avion est dû à une "négligence criminelle" de la direction de l'aéroport.

"Il ne s'agit pas d'un tragique concours de circonstances, mais d'une négligence criminelle des fonctionnaires" qui ont échoué à coordonner dûment le travail de leurs employés, a indiqué le comité. Ce dernier précise que certains membres de la direction de Vnoukovo qui pourraient tenter d'entraver l'enquête seraient prochainement "suspendus de leurs fonctions".