Mort de George Floyd: les Etats-Unis échappent à une enquête internationale

Les Etats-Unis vont pouvoir échapper à une enquête internationale sur le "racisme systématique" et les "violences policières" concernant l'affaire de la mort George Floyd.

19 juin 2020, 13:26
Le frère de George Floyd n'aura pas été entendu par les Etats membres du Conseil des droits de l'homme qui ne vont pas lancer une commission d'enquête internationale.

Les Etats-Unis ne seront pas l'objet d'une commission d'enquête internationale sur le "racisme systématique" et les "violences policières". Un projet de résolution atténué sera discuté vendredi après-midi par les pays du Conseil des droits de l'homme à l'ONU à Genève.

Le débat urgent sur cette question après le décès de l'Afro-Américain George Floyd, cinquième discussion de ce format depuis le lancement de l'instance onusienne, s'était achevé jeudi à la mi-journée. De longues négociations ont ensuite eu lieu pour aboutir à un nouveau projet de résolution.

"Racisme systémique"

Selon des sources concordantes, Washington a manoeuvré en coulisses ces derniers jours pour inciter ses alliés à faire en sorte d'éviter une commission d'enquête internationale. Une première version du projet de résolution du Burkina Faso, au nom des pays africains, prévoyait un tel mécanisme "aux Etats-Unis" et dans d'autres pays après le décès de George Floyd.

Mais un nouveau projet circulait avant même le débat de mercredi et a été officiellement révisé vendredi avec de nombreux réaménagements. Certes, il "condamne fermement" les incidents qui ont mené au décès de l'Afro-Américain.

Mais il ne demande plus qu'à la Haute commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet un rapport sur le "racisme systémique" et les violations présumées des droits de l'homme "contre les Africains et les personnes d'origine africaine" par la police, notamment contre George Floyd. Les Etats-Unis ne sont plus mentionnés comme pays ciblé par la résolution.

Appel à l'aide lancé par le frère de Floyd

Ce débat qui a provoqué de nombreuses interventions a aussi décalé l'ensemble des travaux de cette 43e session du Conseil qui avait repris lundi trois mois après sa suspension en raison de la pandémie. Prévue jusqu'à vendredi, celle-ci s'achèvera lundi prochain.

Vous avez le pouvoir de nous aider à obtenir justice.
Philonise Floyd, rapporteuse spéciale de l'ONU contre le racisme

Lors du débat "historique". selon la rapporteuse spéciale de l'ONU contre le racisme, Philonise Floyd avait dénoncé mercredi la "torture" dont a été victime son frère. "Vous avez le pouvoir de nous aider à obtenir justice", a-t-il dit.

"Je vous demande de l'aider. Je vous demande de m'aider. Je vous demande de nous aider, nous les Afro-Américains", a-t-il ajouté, appelant à une commission d'enquête. Outre cette question, des dizaines de résolutions doivent être discutées par les 47 membres de l'instance onusienne.