Mali: rançon de 15 millions d'euros pour les 3 otages européens

Les ravisseurs des trois otages européens libérés mercredi au Mali affirment avoir touché une rançon de 15 millions d'euros.

20 juil. 2012, 07:26
L'otage italienne libérée est arrivée à Rome hier.

Les trois Européens - deux Espagnols, dont une femme, et une Italienne - qui avaient été enlevés au Mali le 23 octobre ont été libéré contre le versement  de15 millions d'euros.

Les ravisseurs auraient également obtenu la libération d'un moujahidine (combattant) emprisonné par la Mauritanie.
 
Walid Abu Sarhaoui, porte-parole du groupe islamiste Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a reconnu qu'il s'agissait d'une "rançon considérable".
 
Il a mis en garde "les Occidentaux qui vont se hasarder dans les camps du Polisario" (mouvement pour la libération du Sahara occidental soutenu par Alger) dans la région de Tindouf (ouest de l'Algérie). "Nous avons des moujahidine qui les attendent sur place", a-t-il dit.
 
La médiation burkinabè qui a oeuvré à la libération des otages a affirmé jeudi qu'ils avaient été relâchés après un accord portant sur la libération de deux islamistes détenus en Mauritanie, déjà élargis, et d'un autre détenu au Niger, sur le point de l'être. Le gouvernement nigérien a démenti.
 
Début mai, le Mujao avait réclamé le versement de 30 millions d'euros en échange de la libération de deux des trois otages européens - les deux femmes - et la libération de prisonniers détenus en Mauritanie.
 
Encore 13 otages
 
Walid Abu Sarhaoui a en outre "mis en garde" Alger concernant les quatre otages algériens que le Mujao détient encore, enlevés le 5 avril à Gao (nord-est du Mali). "Nous avons fixé des conditions, l'Algérie le sait", a-t-il affirmé.
 
Le Mujao avait annoncé le 12 juillet avoir libéré trois des sept otages algériens kidnappés au consulat d'Algérie de Gao, ce qu'a confirmé dimanche le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci.
 
Pour libérer les sept Algériens, le Mujao avait exigé en mai "la libération de nos frères prisonniers en Algérie, plus une rançon de 15 millions d'euros".
 
Le Mujao et un autre groupe islamiste armé, Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), occupent depuis fin mars tout le nord du Mali, soit plus de la moitié de ce vaste pays sahélien.
 
Après la libération des trois otages européens mercredi, le Mujao et Aqmi retiennent encore treize otages dans le Sahel, dont six Français.