Mali: la junte s’engage à une transition de 18 mois

Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte malienne, va instituer un gouvernement. Son objectif: rétablir un pouvoir civil d’ici à un an et demi.

12 sept. 2020, 21:44
«Nous demandons et espérons la compréhension l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale dans cette mise en œuvre diligente correcte de la charte et de la feuille de route de la transition» a déclaré le colonel Assimi Goïta (ILLUSTRATION).

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, s’est engagé samedi à instituer un gouvernement pour rétablir un pouvoir civil dans les 18 mois. Une «charte» de transition a été adoptée.

Des experts désignés par la junte qui a renversé le 18 août le président Ibrahim Boubacar Keïta, ont adopté cette «charte» au terme de trois jours de discussions à Bamako entre personnalités politiques, de la société civile et militaire.

«Nous prenons l’engagement devant vous de ne ménager aucun effort dans la mise en œuvre de l’ensemble de ces résolutions dans l’intérêt exclusif du peuple malien», a déclaré le colonel Goïta. «Nous demandons et espérons la compréhension l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale dans cette mise en œuvre diligente correcte de la charte et de la feuille de route de la transition», a-t-il ajouté.

Nous prenons l’engagement devant vous de ne ménager aucun effort dans la mise en œuvre de l’ensemble de ces résolutions dans l’intérêt exclusif du peuple malien.
Colonel Assimi Goïta, chef de la junte malienne

«Les résultats auxquels vous êtes parvenus m’autorisent à espérer l’avènement d’un Mali nouveau, démocratique, laïc, prospère, fondé sur le travail, la justice sociale et l’égalité», a dit aux participants le chef de la junte.

A lire aussi: Mali: les militaires comptent rester trois ans au pouvoir

Certains partenaires internationaux du Mali, à commencer par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), réclament un retour des civils dans un an maximum, au terme d’une transition dirigée par des civils. La Cédéao, qui a imposé au Mali un embargo sur les flux commerciaux et financiers, a donné à la junte jusqu’à mardi pour désigner un président et un Premier ministre civils.