Réservé aux abonnés

«Maduro plus isolé encore»

Boycottée par l’opposition, la présidentielle de demain pourrait déboucher sur de nouvelles sanctions.

19 mai 2018, 00:01
epa06745850 Venezuelan President Nicolas Maduro waves during the close of campaign in Caracas, Venezuela, on 17 May 2018. Maduro close his campaign with the promise to solve the economic crisis of the country. The presidential election is set for 20 May.  EPA/Cristian Hernandez VENEZUELA ELECTIONS

Malgré les sanctions internationales, le pouvoir vénézuélien se sent assez fort pour organiser, demain, une élection présidentielle destinée à confirmer Nicolas Maduro à la tête du pays. Après avoir vu ses principaux candidats déclarés inéligibles, l’opposition de la MUD (Plateforme de l’unité démocratique) a appelé au boycott. Henri Falcon, un ancien chaviste passé par l’opposition avant de créer un nouveau parti, tentera de défier le successeur d’Hugo Chavez, au pouvoir depuis 2013.

Le taux d’abstention sera dès lors déterminant, ce dimanche, alors que le pays s’enfonce, depuis quatre ans,...