Réservé aux abonnés

L’Iran coupé du monde

Internet ne fonctionne plus, Amnesty international affirme qu’au moins 106 personnes ont été tuées.

21 nov. 2019, 00:01
A gas station shows damages after it was attacked and burned during protests over rises in government-set gasoline prices, in Tehran, Iran, Wednesday, Nov. 20, 2019. Demonstrations struck at least 100 cities and towns, spiraling into violence that saw banks, stores and police stations attacked and burned. (AP Photo/Ebrahim Noroozi) Iran

Lors des premières années de la République islamique, la censure cinématographique était dirigée par un religieux non voyant qui décidait des scènes à couper. L’absurdité de cette méthode à la cruauté aléatoire résonne comme un écho à l’Iran d’aujourd’hui, soumis à un filtrage sans précédent des réseaux de communication, alors que le pays connaît un nouveau vent de révolte.

Depuis dimanche, le black-out sur internet est quasi total: comptes Twitter à l’arrêt, absence de doubles-coches (signal que le message est reçu) sur les messages envoyés via Whatsapp, youtubers abonnés aux absents. Sur Face...