Limogeage du maréchal Ri, chef d'état-major des armées de Corée du Nord

Le chef d'état-major de l'armée nord-coréenne, le maréchal Ri Yong Ho, a été démis de ses fonctions "pour cause de maladie", a annoncé lundi l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

16 juil. 2012, 19:29
Le maréchal Ri yong Ho (gauche) semble en bonne santé sur ce cliché pris en avril de cette année.

Agé de 69 ans, Ri semblait en bonne santé lors de ses dernières et récentes apparitions publiques, ce qui alimente les spéculations sur une purge après une période de transition de plusieurs mois. Kim Jong Un, qui a succédé à son père Kim Jong Il à la mort de ce dernier en décembre 2011, semble désormais renforcer son emprise sur le pouvoir.

Chef d'état-major de l'armée et maréchal, Ri Yong Ho siégeait également dans les instances dirigeantes du Parti des travailleurs de Corée (PTC), au praesidium du bureau politique du PTC et à la commission centrale militaire du parti. La décision de le relever de toutes ses fonctions a été prise inhabituellement un dimanche, lors d'une réunion du parti, selon KCNA.
 
La brève dépêche ne fournit pas d'autres précisions, notamment sur son successeur. "Ri Yong Ho est sorti du jeu et Pyongyang fait savoir au monde qu'il ne faut plus s'attendre à avoir de nouveau de ses nouvelles", note John Delury, enseignant à l'Université sud-coréenne Yonsei d'études internationales.
 
Ri, ajoute M. Delury, était arrivé sur la scène nationale durant les dernières années du règne de Kim Jong Il. L'intention a toujours été d'en faire "un régent de transition" et cette tâche est désormais accomplie, analyse-t-il.
 
De fait, il assistait très régulièrement aux cérémonies officielles aux côtés de Kim Jong Il et de son fils, rôle qui s'était renforcé après le décès de Kim Jong Il. Le maréchal Ri, par sa position, a en effet permis de s'assurer à Kim Jong Un le soutien crucial de l'armée, l'accompagnant lors de ses différentes visites aux unités.
 
Daniel Pinkston, spécialiste de la Corée du Nord à l'International Crisis Group, une ONG indépendante oeuvrant en faveur "de la prévention et de la résolution des conflits armés", se dit sceptique sur la "maladie" du dignitaire déchu.
 
Ri, observe-t-il, a été promu dans les hautes instances du régime lors d'un congrès du parti en septembre 2010, mais n'a pas été distingué depuis, suscitant des questions sur son avenir. "Il y a une très forte probabilité qu'il ne s'agisse pas d'une question de santé, mais qu'il ait été purgé", ajoute M. Pinkston.