Libye: double attentat à la voiture piégée à Benghazi, 34 morts

Au moins 34 personnes sont mortes dans un double attentat perpétré mardi soir à Benghazi, dans l'est de la Libye. On déplore également une centaine de blessés.

24 janv. 2018, 12:06
La première explosion s'est produite au moment où des fidèles sortaient d'une mosquée après la prière.

Un double attentat à la voiture piégée a fait au moins 34 morts et près d'une centaine de blessés mardi soir à Benghazi, dans l'est de la Libye, selon des sources hospitalières. Un précédent bilan faisait état de 22 morts. La première explosion s'est produite au moment où des fidèles sortaient d'une mosquée après la prière.

La détonation a eu lieu dans le quartier d'al-Sleimani où cette mosquée est connue pour être un fief de groupes salafistes qui ont combattu les djihadistes à Benghazi aux côtés des soldats de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar. Ce dernier ne reconnaît toujours pas le gouvernement d'union basé à Tripoli.

Une seconde voiture a explosé 30 minutes plus tard dans le même périmètre, faisant davantage de victimes parmi les services de sécurité et les civils. L'attentat n'avait toujours pas été revendiqué mercredi.

La porte-parole de l'hôpital al-Jala de Benghazi, Fadia al-Barghathi, a fait état de 25 morts et 51 blessés admis dans son établissement. Neuf morts et 36 blessés ont été admis dans un autre hôpital, le Centre médical de Benghazi, selon un porte-parole.

Le bilan pourrait s'alourdir, des blessés étant dans un état grave et d'autres victimes auraient été admises dans des cliniques privées.

Ahmad al-Fitouri, un responsable des services de sécurité dépendant des forces du maréchal Haftar a été tué dans l'attentat, selon un porte-parole militaire à Benghazi.

Haftar viserait la présidence

Après trois ans de combats, les forces du maréchal Haftar ont annoncé à la fin décembre avoir repris le dernier quartier de Benghazi encore tenu par des combattants islamistes. La ville, qui a été un bastion de la révolution libyenne, était devenue un fief de groupes djihadistes.

L'officier, dont les succès militaires lui valent les faveurs des Occidentaux, laisse entendre qu'il pourrait briguer la présidence libyenne lors des élections prévues cette année.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la révolte populaire qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi en 2011.