Réservé aux abonnés

«L’espoir perdu d’un pays normal»

La contestation contre des régimes autoritaires agite le sud-est de l’Europe depuis plusieurs semaines.La contestation contre des régimes autoritaires agite le sud-est de l’Europe depuis plusieurs semaines.

02 mars 2019, 00:01
Slovenian troops serving in the NATO-led peacekeeping mission in Kosovo, observe Kosovo Serbs as they block a road in the village Rudare, north of Serb-dominated part of ethnically divided town of Mitrovica, Kosovo, Friday, Nov.23, 2018. Kosovo police arrested three ethnic Serbs, including two police officers, early Friday on suspicion of involvement in the killing of a leading Serb politician in the north of the country. (AP Photo/Bojan Slavkovic) Kosovo Serbs

Ils seront sans doute à nouveau des dizaines de milliers dans les rues, ce week-end. De la Serbie à l’Albanie, en passant par la Bosnie et le Monténégro, le ras-le-bol s’exprime depuis plusieurs semaines. Avec, pour motivation commune, une dénonciation des dérives des pouvoirs en place. Si l’image d’un printemps des Balkans est encore prématurée, le mouvement parti de la société civile met en exergue l’absence de perspectives sociales et économiques dans une région en paix, pourtant, depuis plus de deux décennies. L’éclairage de Loïc Trégourès, politologue spécialiste des Balkans et professeur...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois