Les Thaïlandais ont tué 38 bûcherons cambodgiens en six mois

La chasse au bois rares est un crime lourdement sanctionné en Thaïlande. Trente-huit bûcherons cambodgiens qui avaient traversé illégalement la frontière en ont fait les frais.

15 août 2012, 07:27
L'armée thaïlandaise a abattu au premier semestre 38 Cambodgiens qui avaient traversé illégalement la frontière pour rechercher des bois rares. Des Cambodgiens sont régulièrement arrêtés en Thaïlande où ils sont souvent à la recherche de palissandre, bois rare très demandé en Chine et au Vietnam, qui se vend des milliers de dollars le mètre cube.

L'armée thaïlandaise a abattu au premier semestre 38 Cambodgiens qui avaient traversé illégalement la frontière pour rechercher des bois rares, selon un rapport des autorités cambodgiennes.

Dix autres Cambodgiens ont été blessés lors de ces incidents et 194 ont été arrêtés, pas seulement pour exploitation forestière illégale, a ajouté ce rapport du Bureau pour les relations frontalières Cambodge-Thaïlande daté du 12 août.

Le nombre de décès dépasse largement le bilan de 2011, année pendant laquelle onze bûcherons cambodgiens illégaux ont été abattus sur un an, selon des statistiques du groupe de défense des droits de l'homme ADHOC.

Pour Nicolas Agostini, membre du groupe, cette augmentation est lié au fait que de plus en plus de gens sont prêts à risquer leur vie pour essayer de sortir de la pauvreté. "Les niveaux de pauvreté dans les provinces frontalières sont assez élevés et la population est désespérée", a-t-il indiqué.

Des Cambodgiens sont régulièrement arrêtés en Thaïlande où ils sont souvent à la recherche de palissandre, bois rare très demandé en Chine et au Vietnam, qui se vend des milliers de dollars le mètre cube. Les années d'exploitation forestière illégale ont décimé les stocks cambodgiens de ce bois de luxe.

Les responsables cambodgiens, y compris le premier ministre Hun Sen, ont plusieurs fois appelé la Thaïlande à arrêter les intrus au lieu de tirer sur eux, alors que Bangkok assure que ses troupes agissent légitime défense face à des hommes armés.

M. Agostini a appelé les autorités thaïlandaises à enquêter sur ces morts. "Nous sommes vraiment inquiets du fait que des bûcherons cambodgiens auraient pu être abattus à vue (...). L'usage des armes à feu ne se justifie qu'en dernier recours".