Réservé aux abonnés

Les «sacrifiés» de l’ONU à Gaza

Les coupes dans le personnel de l’UNRWA sont des blessures à vif pour les familles en détresse.

22 déc. 2018, 00:01
DATA_ART_5755618

«J’ai l’impression de suffoquer depuis le mois de juillet. Je gagnais un revenu pour nourrir péniblement toute la famille, et puis d’un coup, plus rien! C’était le choc!» Ali Arrai a la tête sous l’eau depuis plusieurs années. Il lui restait toujours une paille pour respirer: un emploi au sein du service de soutien psychosocial de l’UNRWA. Le 25 juillet dernier, la paille lui a été retirée par l’agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens.

Ce jour-là, il a reçu un courrier de son employeur, l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine da...