Les Pussy Riot défient Vladimir Poutine de New York

A la veille de l'ouverture des JO de Sotchi, deux des membres du groupe de punk contestataire Pussy Riot ont défié mercredi le président russe Vladimir Poutine lors d'un concert à New York, sous la bienveillance de Madonna.

06 févr. 2014, 15:21
Madonna a introduit Masha et Nadya, deux membres du groupe russe controversé Pussy Riot durant le concert "Amnesty International's Bringing Human Rights Home" qui a eu lieu au Barclays Center à Brooklyn.

La chanteuse Madonna a invité mercredi soir deux membres des Pussy Riot à la rejoindre sur scène pour une déclaration, au cours d’un concert organisé par Amnesty International.

A la veille de l’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi, Nadezhda Tolokonnikova, 24 ans, et Maria Alyokhina, 25 ans, ont défié le président russe Vladimir Poutine. "Nous n'allons pas pardonner et nous n'allons pas oublier ce que le régime fait à nos concitoyens. Nous demandons une Russie qui soit libre", ont-elle clamé devant les milliers de spectateurs du Barclaya Center, à Brooklyn.

Madonna invite les Pussy Riot sur scène:

Tournée internationale après leur emprisonnement

Les Etats-Unis marquent le point final de la tournée internationale de Nadejda et Maria, débutée peu après leur libération après 21 mois de détention.  

Pour rappel, trois des cinq membres du groupe Pussy Riot avaient été condamnées en août 2012 à deux ans de camp notamment pour "hooliganisme", après avoir chanté en février 2012 une "prière punk" contre le président Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Après avoir purgé la quasi-totalité de leur peine, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont été amnistiées et libérées fin décembre, à l'approche des JO de Sotchi. Des Jeux qui sont l'objet de vives critiques en Occident depuis la promulgation d'une loi punissant d'amende et de prison la "propagande" de l'homosexualité devant mineurs.

Mercredi, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova se sont exprimées dans les bureaux d'Amnesty International à New York:

Extrait:

Lorsqu’un journaliste leur demande si elles ne craignent pas de retourner en prison, elles répondent :
" Si une personne va en prison pour avoir critiqué le leadership politique du gouvernement de son pays, cela démontre simplement la situation politique dans le pays."

"Nous sommes fiers d’être allées en prison en Russie pour défendre nos opinions politiques. Et nous ne voyons rien d’effrayant là-dedans."

"Notre objectif est d'apporter plus de transparence dans le système politique russe et le système pénitentiaire russe.  Et cela fait partie de tout ce que nous faisons en ce moment."