Les musulmanes interdites de port du voile intégral au Congo

Par la voix de son ministre de l'Intérieur Raymond Zéphiryn Mboulou, le Congo a fait savoir qu'il est désormais interdit aux musulmanes de porter le voile intégral dans les lieux publics.

02 mai 2015, 22:32
241856085

Epargné par les violences islamistes qui touchent son voisin camerounais, le Congo a décidé d'interdire aux musulmanes de porter le voile intégral dans les lieux publics "pour prévenir tout acte de terrorisme". Cette décision semble être bien acceptée parmi la minorité musulmane.

"Le ministre de l'Intérieur Raymond Zéphiryn Mboulou nous a notifié la décision d'interdire le voile intégral chez les femmes musulmanes", a confirmé samedi El Hadj Abdoulaye Djibril Bopaka, qui préside le Conseil supérieur islamique du Congo. Le Conseil a été informé lundi par le gouvernement et s'est vu donner un délai de 15 jours pour sensibiliser la communauté musulmane.

"Les femmes musulmanes ne peuvent désormais mettre leur voile intégral qu'à la maison, dans les lieux de culte mais pas dans les milieux publics", a ajouté M. Bokapa, précisant que les "femmes qui portent le voile intégral ne représentent qu'une infime minorité".

Selon le Conseil supérieur islamique, le Congo compte quelque 800'000 fidèles musulmans, dont 90% viennent des pays ouest-africains et du monde arabe et 10% de Congolais. Selon des chiffres officiels, la grande majorité des croyants congolais sont chrétiens (80%).

Camouflage

"La décision de l'autorité est bonne parce qu'il y a eu des témoignages selon lesquels des non-musulmans se cachaient derrière le voile (intégral) pour commettre des actes inciviques", a poursuivi M. Bopaka.

Contrairement à son voisin, le Cameroun, durement frappé par le groupe islamiste nigérian Boko Haram, le Congo n'a pas enregistré pour l'heure d'attaques terroristes de ce genre sur son territoire. Aucun attentat n'a ainsi été perpétré sur le territoire congolais.

Du côté du ministère congolais de l'Intérieur, on précise, sous couvert d'anonymat, que cette interdiction "fait partie de l'opération ''Mbata ya Bakolo'' (littéralement ''gifle des aînés'')", lancée en 2014 pour lutter contre l'immigration clandestine et l'insécurité.

Aucune protestation

Poto-Poto est le plus musulman des quartiers de Brazzaville. Il abrite de nombreuses mosquées. Depuis l'interdiction du voile intégral, aucun mouvement de contestation n'y a été enregistré. De plus, le Conseil supérieur islamique du Congo s'est lancé dans une campagne d'information et de sensibilisation auprès des musulmans.

"On doit bien informer les intéressés pour éviter de tomber dans les erreurs de la mauvaise propagande", a déclaré El Hadj Abdoulaye Djibril Bopaka. "Nous avons déjà tenu la grande réunion avec les imams de Brazzaville, qui ont pris l'engagement de faire le relais".