Réservé aux abonnés

Les médecins italiens sur le qui-vive

Le personnel de santé est méfiant face à un déconfinement et la crainte d’une deuxième vague.

03 juin 2020, 00:01
epa08446923 Medical students, graduate students and young doctors protest in front of the Italian Parliament during the second phase of the coronavirus disease (COVID-19) pandemic, emergency in Rome, Italy, 27 May 2020. According to media reports, demonstrators denounced the fragility of the national health system.  EPA/ANGELO CARCONI
ArcInfo

L’Italie peut enfin respirer. A la fin mai, un peu moins de 500 patients étaient hospitalisés en thérapie intensive, alors qu’ils étaient 4068 le 3 avril, au moment du pic de l’épidémie de Covid-19 qui a fait 33 475 morts. Epuisés par une surcharge de travail, les médecins sont quasiment au bord de la rupture. Ils n’en restent pas moins sur le qui-vive, au moment où le pays rouvre ses frontières, ce 3 juin, et que la Suisse juge cette décision prématurée (lire ci-après).

Trois mois après la découverte du patient zéro originaire de Codogne, la communauté médicale craint un rebond de la...