Les Grecs incités à arrêter de fumer pour améliorer leur économie

Le commissaire européen à la santé, le Maltais Tonio Borg, a estimé que le nombre important de fumeurs en Grèce était un poids pour l'économie du pays. Il exprime cette opinion dans un entretien au magazine allemand Wirtschaftswoche à paraître lundi.

03 févr. 2013, 08:34
La Grèce compterait 40% de fumeurs.

"Je me rendrai prochainement en Grèce, où 40% des gens fument. C'est un facteur de coûts, dont il faudra parler", a déclaré M. Borg, cité par le magazine. "Fumer réduit la productivité, cela pénalise l'économie" nationale, a-t-il ajouté, précisant qu'en moyenne 29% des résidents de l'Union européenne étaient fumeurs.

Le commissaire européen, en charge de la Santé et des Consommateurs depuis le 28 novembre dernier, a notamment balayé l'argument selon lequel la consommation de cigarettes améliore chaque année de plusieurs milliards d'euros les recettes fiscales des gouvernements.
 
"L'argent que les gens ne mettent plus dans les cigarettes sera utilisé pour d'autres choses. La consommation globale ne diminuera pas", a-t-il poursuivi, ajoutant que dans le même temps, les comptes publics seront soulagés de plusieurs millions d'euros nécessaires à la prise en charge médicale des fumeurs.