Les Etats-Unis ne sont pas près de rendre Guantanamo à Cuba

Depuis plusieurs semaines, Cuba et les Etats-Unis ont renoué le dialogue. La question de l'enclave américaine de Guantanamo a été mise sur la table. Mais Washington, qui entend toujours fermer la fameuse prison, ne veut pas se séparer de sa base navale.

30 janv. 2015, 07:09
Les Etats-Unis contrôlent l'enclave de Guantanamo à Cuba depuis 1903.

Les efforts pour renforcer les liens entre les Etats-Unis et Cuba n'iront pas jusqu'à la restitution par Washington du contrôle de la baie de Guantanamo, située au sud-est de l'île, a indiqué jeudi la Maison-Blanche. Outre une prison, l'enclave américaine abrite une base navale.

"Le président pense réellement que la prison de la baie de Guantanamo doit être fermée", a déclaré Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche. "Mais la base navale n'est pas quelque chose que nous souhaitons fermer".

L'enclave américaine accueille une importante base navale ainsi que le centre de détention militaire extrêmement controversé qui a commencé à accueillir les suspects de terrorisme quatre mois après les attentats du 11 septembre 2001.

Le président américain Barack Obama a maintes fois répété son intention de faire tout son possible pour fermer la prison de Guantanamo, réitérant encore cette promesse la semaine dernière dans son discours annuel de l'Etat de l'union.

Sous contrôle américain depuis 1903

Le président cubain Raúl Castro a fait savoir mercredi que la restitution à La Havane du contrôle de ce territoire de 116 km2 constituait un préalable à la normalisation des relations avec les Etats-Unis. Guantanamo est sous le contrôle américain depuis un traité de 1903.

Ouvrant une nouvelle ère dans leurs relations, les Etats-Unis et La Havane ont annoncé mi-décembre un rapprochement diplomatique, qui passe notamment par l'allègement des restrictions commerciales américaines frappant l'île communiste.

Mais les différentes mesures annoncées par Washington ne mettent toutefois pas fin à l'embargo économique imposé à Cuba depuis 1961 et que seul le Congrès américain peut lever.