Les corps des trois jeunes Israéliens retrouvés en Cisjordanie

Les corps des trois jeunes israéliens, portés disparus depuis le 12 juin, ont été retrouvés en Cisjordanie.

30 juin 2014, 19:57
epa04276736 Israeli soldiers clamber down a steep hill as they begin searching the hills near the West Bank town of Halhoul, near Hebron, 24 June 2014. Israeli forces continued the search for three missing Israeli teenagers, although the massive operation to find them was losing steam, officials said. The three went missing on 12 June from a common hitchhike stop near a settlement block south of Jerusalem. Although Israel says its has 'unequivocal proof' that the Palestinian Islamist movement Hamas abducted them, no group has claimed responsibility for the disappearances yet.  EPA/ABED AL HASHLAMOUN

Les trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin ont été retrouvés morts lundi dans le sud de la Cisjordanie, près de Hébron. Israël a d'emblée imputé ces "meurtres" au Hamas et a promis de dures représailles au mouvement islamiste palestinien. Le gouvernement israélien s'est réuni d'urgence. L'Autorité palestinienne aussi.

Les jeunes étaient tous trois étudiants dans des écoles religieuses de colonies juives. Ils ont été retrouvés morts près de la localité de Halhoul, à une dizaine de minutes de la route où ils ont été vus pour la dernière fois, a précisé la radio publique israélienne.

Leurs corps ont été retrouvés dans un champ, "sous un tas de pierres", a déclaré un porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Peter Lerner. Les adolescents ont apparemment été tués par balles peu après leur enlèvement.

Selon les médias israéliens, les corps ont été localisés après l'interrogatoire des familles de deux suspects, tous deux membres du Hamas, arrêtés la semaine dernière.

"Le Hamas paiera"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu réunissait dans la soirée son cabinet de sécurité pour décider d'éventuelles opérations militaires contre le Hamas. Celui-ci n'a ni confirmé ni démenti son implication.

Pour M. Netanyahu, le Hamas est responsable de la mort des trois jeunes Israéliens enlevés et va le "payer". "Ils ont été kidnappés et assassinés de sang-froid par des animaux à la forme humaine", a-t-il déclaré, selon son bureau. "Le Hamas est responsable et le Hamas paiera", a-t-il juré.

Plusieurs autres ministres ont fait par voie de communiqué des déclarations pour le moins véhémentes: "Il ne peut y avoir de pardon pour les tueurs d'enfants et ceux qui les ont envoyés. Maintenant, il est temps d'agir", a déclaré le ministre de l'Economie Naftali Bennett. Le vice-ministre israélien de la Défense Danny Danon, membre de l'aile la plus à droite du gouvernement, a promis "d'éradiquer" le Hamas.

"Les portes de l'enfer"

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a lui aussi convoqué lundi soir une réunion d'urgence de la direction palestinienne, a annoncé son porte-parole, Nabil Abou Roudeina.

Quant au Hamas, il a prévenu Israël que "toute escalade ou guerre lui ouvrirait les portes de l'enfer". Le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza répondait aux menaces de représailles des responsables israéliens.

"Si les occupants se lancent dans une escalade ou une guerre, ils ouvriront sur eux les portes de l'enfer", a déclaré un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, mettant de nouveau en doute la "version israélienne" de l'enlèvement.

Des dizaines d'arrestations

Les autorités israéliennes avaient déployé d'importants moyens pour retrouver Eyal Yifrah, 19 ans, et Gil-Ad Shaer et Naftali Fraenkel, tous deux âgés de 16 ans, enlevés alors qu'ils faisaient de l'auto-stop près d'une colonie juive proche de Hébron.

Des dizaines de militants du mouvement islamiste palestinien ont été arrêtés pendant l'enquête. Huit Palestiniens ont été tués au cours d'affrontements avec les soldats israéliens qui fouillaient leurs villages en Cisjordanie.

Depuis le début de l'opération, une quarantaine de roquettes ont été tirées sur le sud d'Israël à partir de la bande de Gaza. Tsahal - l'armée israélienne - a répliqué par une série de frappes aériennes visant l'enclave palestinienne.

Appels à la retenue

Les réactions internationales n'ont pas tardé. A Washington, la porte-parole du département d'Etat a déploré une "tragédie", mais elle a appelé Israéliens et Palestiniens à faire preuve de la plus grande retenue. "Nous les encourageons à continuer à travailler ensemble en matière de sécurité", a dit Jen Psaki.

Tout en exprimant ses condoléances, le président français François Hollande a également demandé que "tout soit fait pour éviter de nouvelles victimes et le risque d'une escalade de la violence".

A Londres, David Cameron a qualifié ce meurtre d'"acte terroriste effroyable et inexcusable". Il a assuré Israël du soutien de son pays pour "traduire en justice les responsables".