Les centrales à charbon des pays en développement perdent le soutien de Washington

Les pays pauvres qui bénéficiaient d'une aide des Etats-Unis via la Banque mondiale notamment devront trouver d'autres sources d'énergie que le charbon. Les américains souhaitent financer des projets plus propres.
30 oct. 2013, 07:00
La BM s'est déjà engagée à limiter son financement des projets à énergie fossile et tente de prendre la tête sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Les Etats-Unis ont annoncé mardi qu'ils cesseraient d'apporter leur soutien aux projets de centrale à charbon financés dans les pays en développement par les institutions multilatérales telles que la Banque mondiale. Chez eux, les Etats-Unis restent néanmoins de grands consommateurs de charbon, qui reste la principale source d'électricité dans le pays.

Aux termes de sa nouvelle "directive", le Trésor américain n'apportera son soutien à de nouvelles centrales à charbon que "dans des circonstances étroitement définies", notamment dans les pays les plus pauvres du globe quand aucune alternative "faisable" n'est envisageable, a affirmé le ministère dans un communiqué.

Les Etats-Unis pourront également soutenir des projets fondés sur le charbon s'ils sont accompagnés de mécanisme de limitation des émissions de C02, ajoute le texte adopté dans le sillage du plan climat annoncé fin juin par le président Barack Obama.

Plus globalement, le document définit précisément la marche à suivre que devront adopter les banques de développement pour privilégier des projets fondés sur des sources d'énergie propre et obtenir l'aval des Etats-Unis.

Changement à la BM?

Ces nouvelles directives, qui succèdent à celles édictées en 2009, pourraient notamment changer les pratiques au sein de la Banque mondiale (BM), institution dont les Etats-Unis sont de loin leur premier actionnaire et dont ils désignent le président.

Depuis plusieurs mois, la BM s'est d'ailleurs déjà engagée à limiter son financement des projets à énergie fossile et tente de prendre la tête sur la lutte contre le réchauffement climatique.

"En encourageant l'utilisation d'énergie propre dans les projets des banques multilatérales de développement, nous intensifions les efforts américains pour s'attaquer aux défis urgents du changement climatique", a affirmé Lael Brainard, sous secrétaire au Trésor aux affaires internationales, citée dans le communiqué.

Sur leur territoire, les Etats-Unis restent néanmoins de grands consommateurs de charbon, qui comptait pour 37% de la production nationale d'énergie en 2012, selon les données officielles.