Le Qatar se félicite du cessez-le-feu à Gaza

Le Qatar, l'un des principaux alliés du mouvement islamiste palestinien Hamas, s'est félicité de l'accord de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

27 août 2014, 10:45
L'enclave palestinienne est dévastée par 50 jours de combats.

Le Qatar, grand allié du Hamas, se félicite du cessez-le-feu à Gaza. Il s'est par ailleurs dit prêt à participer à la reconstruction de l'enclave palestinienne, dévastée par 50 jours de combats.

Dans un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi, le Qatar a espéré que l'accord aidera à "mettre fin aux souffrances du peuple palestinien et à réaliser ses demandes légitimes".

En soulignant que cet accord, négocié par des médiateurs égyptiens, a été rendu possible grâce "en premier lieu à la résistance et aux sacrifices" des Palestiniens, le richissime émirat gazier du Golfe a dit être "prêt à contribuer à la reconstruction de la bande de Gaza le plus rapidement possible".

Le Qatar, où réside le chef en exil du Hamas Khaled Mechaal, est la première monarchie du Golfe à saluer l'accord de cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens, quelques heures après sa conclusion mardi.

"Victoire" saluée par l'Iran

L'Iran a pour sa part salué mercredi la "victoire" des Palestiniens qui "a mis à genoux le régime sioniste". "Le peuple héroïque palestinien a créé une nouvelle épopée avec la victoire de la résistance qui a mis à genoux le régime sioniste", a affirmé le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Cette victoire prépare la libération finale de toutes les terres occupées notamment Qods (Jérusalem, ndlr) des mains des occupants sionistes", a-t-il ajouté, en "félicit(ant) le peuple palestinien et les dirigeants de la résistance", dans une allusion au Hamas et au Jihad islamique.

L'Iran, qui ne reconnaît pas l'existence d'Israël, soutient ces deux mouvements islamistes palestiniens. Il a annoncé lundi son intention d'"accélérer l'armement" des Palestiniens en représailles à l'envoi d'un drone d'espionnage israélien abattu, selon Téhéran, dans son espace aérien.