Le prince Andrew interpellé par la police à Buckingham Palace

La police a contrôlé le Prince Andrew dans les jardins de Buckingham Palace. Le deuxième fils de la reine a "pardonné" les forces de l'ordre.

08 sept. 2013, 15:25
Prince Andrew a déclaré qu'il se réjouissait de pouvoir se balader en toute sécurité dans le jardin.

Le prince Andrew a été interpellé dans les jardins du palais de Buckingham par des policiers rendus nerveux par un renforcement de la sécurité à la suite d'une récente tentative de cambriolage. La police a présenté ses plus plates excuses.

Le duc d'York, troisième enfant de la reine Elizabeth II, a été abordé par deux agents armés alors qu'il faisait une petite promenade mercredi dans la résidence royale de Londres, a déclaré samedi soir un porte-parole de Scotland Yard.

Le porte-parole a toutefois démenti l'information rapportée par un journal selon laquelle les agents auraient pointé leurs armes vers le duc âgé de 53 ans et lui auraient hurlé de s'allonger au sol.

"Le mercredi 4 septembre à environ 18h00, deux policiers en uniforme se sont approchés d'un homme dans les jardins du palais de Buckingham pour vérifier son identité", a expliqué le porte-parole, ajoutant que ni arme, ni force n'avait été employée.

Interpellation récemment

Le prince Andrew, pas rancunier, a dit avoir accepté les excuses de la police.

"Les policiers ont un métier difficile à assurer la sécurité de la famille royale et à dissuader les intrus et parfois ça ne tourne pas comme il faut. Je suis reconnaissant des excuses formulées et me réjouis de pouvoir me balader en toute sécurité dans le jardin à l'avenir", a souligné le prince dans un communiqué.

La police est nerveuse à Buckingham Palace après l'arrestation lundi soir de deux hommes soupçonnés d'avoir voulu cambrioler la résidence londonienne de la reine Elizabeth II.

Le premier a été trouvé sur les coups de 22h30 derrière les grilles du palais royal "dans un secteur ouvert au public pendant la journée".

Son présumé complice a lui été interpellé devant le palais, où aucun membre de la famille royale n'était présent ce soir-là, selon la police.

Les deux hommes ont été remis en liberté provisoire mais doivent rester à disposition des enquêteurs.