Réservé aux abonnés

Le pilote met en cause la foudre

L’atterrissage meurtrier, dimanche à Moscou, serait dû aux conditions météo.

07 mai 2019, 00:01
The Sukhoi Superjet 100 aircraft of Airflot Airlines, center, is seen after an emergency landing in Sheremetyevo airport in Moscow, Russia, Sunday, May 5, 2019. (Moscow News Agency photo via AP) Russia Plane Fire

La foudre, des réservoirs de carburant pleins et un atterrissage violent: le pilote de l’avion Aeroflot qui s’est embrasé, dimanche soir, à l’aéroport Cheremetievo de Moscou a mis en cause, hier, les conditions météo difficiles. L’accident a fait 41 morts.

Les circonstances exactes de la tragédie n’ont pas encore été officiellement révélées. Le commandant de bord, Denis Evdokimov, a, toutefois, rapporté aux médias russes que le Soukhoï Superjet 100 a dû effectuer un atterrissage d’urgence après avoir perdu une partie du matériel de bord en raison de la foudre. Selon le commandant de bord, c’est...