Le dernier débat républicain a été beaucoup plus calme sans Donald Trump

Donald Trump avait refusé de participer au dernier débat de la primaire républicaine en vue de l'élection présidentielle en raison du choix de la présentatrice. La chaîne Fox News n'a pas plié et a maintenu son programme. Tout s'est mieux passé.

29 janv. 2016, 06:58
/ Màj. le 29 janv. 2016 à 07:00
La non-présence de Trump a adouci la soirée.

L'ultime débat des primaires républicaines, avant le vote de l'Iowa lundi, s'est déroulé jeudi sans le favori de la droite américaine à la présidentielle de novembre, Donald Trump. Son absence a libéré les accrochages entre ses rivaux, qui n'ont pas manqué d'ironiser sur l'absent de la soirée.

L'ombre du milliardaire pesait néanmoins sur le débat, organisé par la chaîne Fox News, où il aurait dû figurer au centre. Après une imitation de l'homme d'affaires, le sénateur du Texas Ted Cruz a reproché à Donald Trump son absence et remercié ses adversaires de la primaire républicaine d'avoir "répondu présents".

D'autres prétendants républicains, comme l'ex-gouverneur de la Floride Jeb Bush, ont moqué Donald Trump et sa politique de la chaise vide. Le frère de l'ancien président George W. Bush a dit qu'"en quelque sorte, Donald Trump me manque. C'était pour moi un bon nounours".

Le débat républicain s'est ensuite déroulé poliment mais non sans accrochages entre les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio, numéros deux et trois des sondages derrière M. Trump, notamment sur l'immigration et les clandestins. Ted Cruz a accusé Marco Rubio d'avoir soutenu un projet de régularisations massives au Sénat en 2013.

Clinton visée

Les candidats ont longuement débattu de sécurité nationale, de l'islam radical et de la stratégie militaire à adopter contre l'Etat islamique, chacun se présentant comme le plus capable de devenir commandant en chef.

La favorite des candidats démocrates à la Maison-Blanche, Hillary Clinton, a été la cible répétée d'attaques, notamment pour son affaire de messagerie personnelle quand elle était secrétaire d'Etat. Les républicains l'accusent d'avoir pris le risque d'échanger des informations confidentielles sur un serveur non gouvernemental.

Pendant ce temps, Donald Trump a tenu son propre meeting à quelques kilomètres de là, à Des Moines dans l'Iowa. Agacé par la partialité supposée de Fox News et de sa journaliste vedette Megyn Kelly, il a maintenu son boycott du débat télévisé, malgré des négociations de dernière minute avec Fox News.

"Quand on est maltraité, il faut savoir se défendre", a-t-il dit devant une salle comble. "Regardez toutes ces caméras, on dirait les Oscars", a-t-il poursuivi, fier que sa soirée ait eu un tel poids médiatique.