Réservé aux abonnés

Le clap de fin à la fessée

Le pays a finalement adopté une loi interdisant les «violences éducatives ordinaires».
04 juil. 2019, 00:01
[Gestellte Aufnahme] - Ein Kind wird zu Hause vom seinem Vater geohrfeigt, aufgenommen am 12. Juli 2003 in Zuerich. (KEYSTONE/Steffen Schmidt) SCHWEIZ GEWALT KINDER

C’est un texte qui était attendu de longue date par les associations de défense des droits de l’enfant. La loi interdisant les «violences éducatives ordinaires» a finalement été votée par le Parlement français, après un ultime passage au Sénat. Adopté à l’unanimité, le texte inscrit dans le Code civil que «l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques».

C’est le résultat d’un long combat, qui fait de la France le 56e Etat à prohiber ce type de violences. En 2016, déjà, l’interdiction de la fessée faisait partie d’une loi déposée par le pouvoir socialiste, mais elle av...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois