Réservé aux abonnés

L’accord sur la «désescalade» entre en vigueur

07 mai 2017, 23:57
/ Màj. le 08 mai 2017 à 00:01
Russian President Vladimir Putin, right, and his Turkish counterpart Recep Tayyip Erdogan shake hands prior to their talks in Putin's residence in the Russian Black Sea resort of Sochi, Russia, Wednesday, May 3, 2017. Erdogan visited Putin for talks on Syria. (AP Photo/Alexander Zemlianichenko, Pool) Russia Turkey

Les violences ont reculé dans plusieurs provinces de Syrie ce week-end avec la mise en place de l’accord conclu à Astana en vue d’une trêve durable. Un autre accord aurait été conclu hier pour évacuer des rebelles islamistes blessés à Yarmouk.

Le début de ce processus est intervenu deux jours après la signature à Astana par la Russie et l’Iran, alliés du régime de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien de la rébellion, d’un mémorandum prévoyant la création de quatre «zones de désescalade».

Le texte signé jeudi a commencé à être appliqué. Mais le mémorandum n’entrera réellement en vigueur que le...