La Suisse prend ses premiers points à Saint-Marin

La Suisse tient enfin ses premiers points dans la campagne éliminatoire de l'Euro 2016. La sélection de Vladimir Petkovic s'est logiquement imposée, en toute décontraction, chez les amateurs de Saint-Marin 4-0, devant 2289 spectateurs.
07 août 2015, 14:20
Haris Seferovic a fait trembler les filets plus d'une fois ce soir.

Petkovic avait dévoilé la veille de la rencontre le programme de la pièce qui devait se jouer au stade olympique de Serravalle. "Vaincre et convaincre", titre prometteur annonçant une prestation enthousiasmante autant qu'il rappelait l'absolue nécessité de (se) rassurer. Voyons donc dans le détail.

Pour la victoire, aucun problème, l'objectif a été atteint. Sans souci, sans discussion, sans la moindre once de doute. Pour la fin de la disette offensive, il n'a fallu attendre que dix minutes et une tête de Haris Seferovic, peut-être en position de hors-jeu, sur un excellent centre de Pajtim Kasami.

Un avantage doublé à la 23e, toujours grâce à Seferovic, à la récupération d'un ballon qui traînait dans la surface après une tentative infructueuse de une-deux entre Shaqiri et Dzemaili, titularisé à mi-terrain en raison du forfait d'Inler (cuisse). Moins de sept minutes plus tard, le demi de Galatasaray battait lui aussi le portier Simoncini sur un centre de Rodriguez. Le score a été clos par Shaqiri à la 79e - sans doute était-il lui aussi hors-jeu - sur un service de Xhaka.

Bon, face à la pire équipe de l'histoire de l'UEFA, rien de plus normal qu'un large succès. Mais la Suisse a-t-elle convaincu? Globalement, le travail a été fait. Avec sérieux mais sans excès de zèle. Une forme de retenue plus que compréhensible en songeant aux importantes échéances qui attendent tous les joueurs dès ce week-end dans leurs clubs. C'est cependant en se lançant dans une lecture individualisée des performances que quelques taches viennent gâcher le tableau.

La palme aux milieux

Il n'y a pas grand-chose à redire de la composition du triangle médian, avec un Xhaka placé en rampe de lancement et qui a eu tout le temps pour faire étalage de sa précision dans le jeu long et de son potentiel dans la verticalisation du jeu. Dzemaili s'en est lui aussi bien sorti, tout comme Kasami, qui aurait néanmoins pu convertir au moins une de ses occasions (notamment une volée sur la transversale à la 21e).

Désoeuvrée, la défense - avec Von Bergen en remplacement de Senderos (cuisse) - peut difficilement être jugée sur une telle rencontre. On notera quand même des prises de balle trop approximatives pour Djourou et un couac à la 36e. Sur un corner, Chiaruzzi s'est en effet retrouvé seul dans les seize mètres (!) mais n'a pas cadré sa reprise. Décidément, un important travail reste à fournir aux Suisses dans le domaine des balles arrêtées!

Les plus grandes déceptions concernent néanmoins le compartiment offensif - est-ce une surprise? -, où Seferovic, par son travail collectif, a été le seul à livrer la marchandise attendue. Alors que c'est justement dans ce genre de matches que Shaqiri peut faire parler le talent qu'on lui prête, le joueur de Bayern Munich n'a, hormis sur quelques déviations et sur son but, que trop peu pesé sur un jeu suisse essentiellement animé par les latéraux. A noter que Silvan Widmer, entré pour Lichtsteiner à la 59e, a effectué ses débuts internationaux.

Drmic insignifiant

Et que dire de Josip Drmic, déjà en manque de rythme jeudi en Slovénie (1-0) et totalement insignifiant à Saint-Marin? Barré en club, l'attaquant de Leverkusen a perdu deux duels seul face au gardien adverse, a glissé alors qu'il pouvait s'offrir un troisième tête-à-tête et a finalement été sorti à la pause au profit de Mehmedi. Un Mehmedi très discret mais qui pouvait difficilement faire plus durant une seconde période que la sélection de Petkovic s'est surtout contentée de traverser sans faire de vague.

Voici donc la Suisse revenue à hauteur de l'Estonie, à trois points du tandem Slovénie - Lituanie. Une Lituanie qu'elle recevra le 15 novembre à Saint-Gall et contre laquelle il lui faudra absolument une victoire. Mais qu'elle recevra quand même avec une impression désagréable en tête: celle d'avoir, comme à Maribor, galvaudé beaucoup, beaucoup d'occasions (dont un penalty de Rodriguez à la 90e). Gare à elle si elle se croit totalement guérie...

Une petite question à Vladimir Petkovic tout de même: pourquoi avoir changé Kasami par Barnetta dans le dernier quart d'heure? Cela aurait été l'occasion de donner une première cape à Michael Frey ou, encore mieux, de sceller le destin international de François Moubandje qui, rappelons-le, pourrait encore opter pour le Cameroun, son pays de naissance.

Dans les autres matchs: 

Groupe D: Allemagne - Eire 1-1 (0-0). Pologne - Ecosse 2-2 (1-1). Gibraltar - Géorgie 0-3 (0-2).

Groupe F: Iles Féroé - Hongrie 0-1 (0-1). Finlande - Roumanie 0-2 (0-0). Grèce - Irlande du Nord 0-2 (0-1).

Groupe I:Danemark - Portugal 0-1 (0-0). Serbie- Albanie (interompu)

Serbie - Albanie interompu 

Le match de qualification pour l'Euro 2016 (groupe I) entre la Serbie et l'Albanie a été interrompu après des incidents qui se sont produits à quelques minutes de la fin de la première mi-temps, à Belgrade. Les incidents ont éclaté lorsqu'un objet volant télécommandé sur lequel était accroché un drapeau albanais est apparu au-dessus du stade où le match était joué.

Cet événement a provoqué une explosion de mécontentement des supporteurs serbes dont certains ont lancé des fumigènes sur la pelouse et d'autres objets. Une bousculade généralisée entre les joueurs serbes et albanais est survenue après qu'un des joueurs serbes eut attrapé le drapeau albanais. Le match a ensuite été interrompu.

La Fédération serbe de football (FSS) avait décidé dimanche de faire disputer le match Serbie-Albanie sans la présence de supporters visiteurs.

L'Albanie et la Serbie entretiennent des relations délicates. Le Kosovo, ex-province serbe peuplée en majorité d'Albanais, a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008. Des voix à Belgrade dénoncent un projet visant à la création d'une "Grande Albanie" réunissant les communautés albanaises d'Albanie, du Kosovo, du Monténégro, de Macédoine et du sud de la Serbie.