Réservé aux abonnés

La stratégie du précipice de May

La première ministre demande aux députés deux semaines de plus pour renégocier son accord sur le Brexit.
13 févr. 2019, 00:01
Britain's Prime Minister Theresa May leaves 10 Downing Street in London, Tuesday, Feb. 12, 2019. May is expected to address Parliament on Brexit later Tuesday, followed by a debate. (AP Photo/Kirsty Wigglesworth) Britain Brexit

Dans son bureau du parlement de West-minster, Nick Boles a accroché un grand drapeau norvégien. Une provocation suffisante à le faire passer pour un traître. Depuis des mois, ce député conservateur plaide pour un Brexit «soft», avec maintien dans le marché unique européen sur le modèle de la Norvège. Cela a conduit des militants de la section du Parti conservateur de sa circonscription de Grantham, celle de Margaret Thatcher, autre avocate convaincue du marché unique, à lancer une procédure pour tenter de le destituer.

«Les Brexiters se sont radicalisés», constate ce modéré, sans se laisser imp...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois