Réservé aux abonnés

La protection de la vache sacrée freine l’économie

Le gouvernement fondamentaliste hindou protège l’animal au nom de la religion. Cette politique, qui fait baisser les revenus des agriculteurs et des tanneurs, pèse sur les exportations et trouble l’ordre public.
22 janv. 2019, 00:01
A cow wades through a flooded street filled with water hyacinth after monsoon rains in Allahabad, India, Thursday, Aug. 1, 2013. India's monsoon season, which runs from June through September, brings rains that are vital to agriculture but also cause floods and landslides. (AP Photo/Rajesh Kumar Singh) India Monsoon Flooding

Ils sont une dizaine attroupés devant l’épicerie. Debout ou assis sur des chaises, ces petits paysans du village de Margubpur, à 90 kilomètres à l’est de New Delhi, parlent tous à la fois tant ils peinent à contenir leur ras-le-bol. La cause de leur courroux? Les vaches errantes, qui piétinent les champs et dévorent les plantes. «Elles se déplacent en troupeaux de 40 à 50, abîment les cultures, mangent le blé, les pommes de terre, l’orge… En une nuit, elles peuvent engloutir toute une récolte. Ces vaches ne donnent plus de lait, alors, leurs propriétaires les ont relâchées dans la nature», exp...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois