La présidente et la direction de Petrobras démissionnent

Graça Foster, présidente du géant pétrolier brésilien Petrobras et l'ensemble de la direction ont démissionné. Le groupe est actuellement sous le feu des projecteurs dans une sombre affaire de corruption.

04 févr. 2015, 15:24
La nappe de pétrole a été aperçue dans les parages d'une plateforme de la compagnie nationale brésilienne d'hydrocarbures Petrobras.

La présidente de Petrobras, Graça Foster et l'ensemble de la direction du géant pétrolier brésilien ont démissionné. C'est ce qu'a annoncé mercredi le groupe étatique éclaboussé par un énorme scandale de corruption.

"Petrobras informe que son conseil d'administration se réunira vendredi pour élire une nouvelle direction après la démission de la présidente et des cinq directeurs", a indiqué le groupe dans un communiqué aux marchés.

Petrobras est empêtré depuis l'automne dernier par un retentissant scandale de corruption aux ramifications politiques.

La police estime que le réseau de corruption démantelé au sein du groupe aurait détourné quatre milliards de dollars en 10 ans. Notamment au bénéfice d'élus et de parlementaires de la coalition au pouvoir, dont le nombre et les identités sont encore couvertes par le secret de l'enquête.

L'enquête implique également les plus grosses entreprises de construction du pays, qui auraient versé des pots-de-vin à des responsables de Petrobras pour obtenir des contrats. La présidence n'a pas immédiatement réagi à l'annonce de Petrobras.

Soutien présidentiel

Des informations de presse sur la sortie imminente de Mme Foster, avaient circulé dans la presse brésilienne toute la journée de mardi. L'action de Petrobras a clôturé en hausse de plus de 14% le soir à la Bourse de Sao Paulo, après ces rumeurs.

Mardi soir, la présidente Dilma Rousseff avait reçu à Brasilia Mme Foster, mais rien n'avait filtré du contenu de cet entretien. Mme Foster est une amie de longue date de Mme Rousseff ayant effectué toute sa carrière au sein de Petrobras. La présidente de gauche l'avait nommée en 2007 à la tête du groupe.

Selon la presse locale, Mme Rousseff aurait décidé de remplacer Mme Foster "après s'être convaincue que son maintien en poste était intenable" après le report à plusieurs reprises du bilan du 3e trimestre et sa publication finalement mercredi dernier mais non certifié par un audit externe et qui n'incluait pas les préjudices financiers découlant de la corruption.

Jusque là, Mme Rousseff avait soutenu publiquement la gestion de Mme Foster, dont elle est proche, à plusieurs reprises. Trente neuf personnes, entrepreneurs et ex-directeurs de la compagnie pétrolière, sont l'objet d'une enquête pour corruption autour du géant pétrolier. Aucune mise en accusation n'a encore été prononcée.