Réservé aux abonnés

La polémique du crucifix fait rage

La croix fait son retour dans les administrations bavaroises. Symbole identitaire ou électoralisme?

01 mai 2018, 00:01
epa00706030 A woman eyes the oldest livesize crucifix, in Enghausen, Germany, Friday, 05 May 2006. During restauration works art historians made a sensational discovery. The crucifix made between 890 and 900 is the oldest monumental displaying of Christ at all, states Norbert Jocher, art officer of archbishopric Munich and Freising.  EPA/ARMIN WEIGEL GERMANY CRUCIFIX

L’ objet du «délit», une croix chrétienne en bronze, se trouve dans le grand hall d’entrée de la Chancellerie bavaroise à Munich, siège du gouvernement de ce Land a majorité catholique. Cette dernière a été accrochée, mardi dernier, par le ministre-président conservateur Markus Söder (CSU), après que son cabinet a décidé de rendre obligatoire ce symbole dans les administrations régionales.

Pour ce faire, Söder n’a pas hésité à mobiliser les médias. Installer des crucifix, ce n’est pas promouvoir «un signe religieux», c’est «reconnaître une identité» et «l’expression d’une empreinte h...