Réservé aux abonnés

La Ghouta orientale attend toujours les aides

L’Occident presse pour alléger la crise humanitaire.

03 mars 2018, 00:01
This photo posted Tuesday, Feb 20, 2018, by the Syrian insurgent group Army of Islam, shows a fighter with the Army of Islam rebel group, as he prepares a rocket propelled grenade in the suburbs of the Syrian capital Damascus. Many of the fighters entrenched in the Damascus suburb of eastern Ghouta are originally from the area and move around using an elaborate network of underground tunnels, giving them an advantage against President Bashar Assad's forces and their allies. Arabic reads, "Damascus Suburbs: Holy warriors on the fronts of the Army of Islam getting ready for any attempt by Assad's military to launch an attack." (Army of Islam, via AP) Syria Ghouta Fighters

Assiégés et soumis à un bombardement quasiment incessant, les habitants du fief rebelle de la Ghouta orientale, en Syrie, n’ont toujours pas reçu les aides dont ils ont cruellement besoin. Les 400 000 habitants de cette enclave rebelle aux portes de Damas subissent au quotidien des pénuries de nourriture et de médicaments, en raison du siège asphyxiant imposé, depuis 2013, par le pouvoir de Bachar al-Assad. Et pour échapper à une nouvelle campagne aérienne du régime lancée le 18 février et ayant tué plus de 600 civils, ils vivent désormais dans les sous-sols. Un «enfer sur ...