La création d'une branche d'Al-Qaïda en Asie du Sud met l'Inde en état d'alerte

Après l'annonce de la création d'une branche d'Al-Qaïda en Asie du Sud, l'Inde place plusieurs de ses Etats en alerte.

04 sept. 2014, 08:17
L'Inde a demandé jeudi aux gouvernements provinciaux de plusieurs Etats de se placer en état d'alerte à la suite de l'annonce la veille de la création d'une branche d'Al-Qaïda en Asie du Sud, par le chef du mouvement islamiste, Ayman al-Zawahiri.

Les services de renseignement indiens ont demandé jeudi aux gouvernements provinciaux de plusieurs Etats de se placer en état d'alerte à la suite de l'annonce la veille de la création d'une branche d'Al-Qaïda en Asie du Sud. Le chef du mouvement islamiste, Ayman al-Zawahiri, l'a annoncé dans une vidéo diffusée sur internet.

Il y déclare que la naissance d'"Al-Qaïda dans le sous-continent indien" est une bonne nouvelle pour les musulmans "de Birmanie, du Bangladesh, de l'Assam, du Gujarat, d'Ahmedabad et du Cachemire" face à l'"injustice" et à l'"oppression", selon ses termes.

Il réaffirme aussi sa loyauté à l'égard du chef des talibans afghans, le mollah Omar. La diffusion de cette vidéo de 55 minutes survient alors que l'émergence de l'Etat islamique en Syrie et en Irak fragilise de plus en plus Al-Qaïda.

Le mouvement créé par Oussama ben Laden, à l'origine des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, semble en perte de vitesse face au mouvement d'Abou Bakr al Baghdadi, qui s'est proclamé "calife" de l'Etat islamique (EI) et a appelé tous les mouvements jihadistes à lui prêter allégeance.

Issu d'Al-Qaïda à sa création en Irak par Abou Moussab al Zarkaoui, tué par les forces américaines en 2006, l'EI a rompu en 2013 avec al Zaouahri.

La déclaration de ce dernier ne mentionne pas directement l'Etat islamique ni al Baghdadi, mais elle s'apparente à un coup porté au mouvement jihadiste qui occupe actuellement de larges territoires en Syrie et en Irak.