Réservé aux abonnés

La Chine s’attaque aux voleurs de pierres

02 août 2016, 23:22
/ Màj. le 03 août 2016 à 00:01
epa03995132 Tourists walk along the Great Wall at Mutianyu on the outskirts of Beijing, China, 18 December 2013. Built on mountain ridges about 70 kilometers from the center of Beijing, the Great Wall at Mutianyu, a section of one of the new seven wonders of the world, is a popular section though not as crowded as other more touristy like Badaling. With 22 watch towers and stretching 2.5 kilometers, this Ming Dinasty (1368 - 1627) Great Wall serves as a great escape from city life, especially on clear days. The Great Wall of China has been a UNESCO recognized World Heritage Site since 1987, and one of the new seven wonders of the world since 2007.  EPA/DIEGO AZUBEL CHINA GREAT WALL

La Grande Muraille doit résister aux séismes, aux pluies, aux vents... mais aussi à l’homme. La structure, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987, est en proie à des dégradations causées par des vols de pierres, servant à la construction d’autres bâtiments ou destinées à la revente aux touristes.

L’Administration nationale du patrimoine culturel (ANPC) de Chine s’engage dans une campagne de lutte contre ce nouveau fléau, qui menace la plus importante structure architecturale jamais construite par l’homme.

Seul 10% du tronçon de l’ère Ming est en bon état

Ces mesures instaurent des...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois