La Chine relance partiellement son programme nucléaire

Le gouvernement chinois prévoit de construire de nouvelles centrales nucléaires. Mais il assure que ces installations seront sécurisées aux normes de sécurité de la troisième génération.

25 oct. 2012, 07:49
Les centrales chinoises ne contribuent que pour 1% dans les besoins du pays en énergie. Ici la centrale de Qinshan.

Plus d'un an et demi après l'accident de Fukushima au Japon, la Chine va de nouveau autoriser la construction d'un "petit nombre" de nouvelles centrales nucléaires. Elles seront cependant situées sur la côte et non à l'intérieur des terres comme initialement prévu.
 
Le gouvernement a décidé mercredi de "reprendre de manière stable et ordonnée la construction" de nouvelles centrales, selon un communiqué posté sur son site Internet. Le cabinet ministériel a ajouté que "durant le 12ème plan quinquennal (2011-2015), seul un petit nombre de projets d'implantation de nouvelles centrales seront approuvés après d'amples consultations".
 
Selon la presse chinoise, trois projets de centrales dans les provinces de l'intérieur du Hunan et du Jiangxi (sud), ainsi que du Hubei (centre) qui avaient déjà été approuvés par le gouvernement en 2008 et dont la construction avait démarré, se voient en conséquence suspendus pour au moins trois ans.
 
Dernières générations
 
Le gouvernement a en outre précisé que tous les nouveaux réacteurs "devront être conformes aux normes de sécurité de la troisième génération", celle des réacteurs EPR du français Areva ou AP1000 de l'américain Westinghouse.
 
La semaine dernière, le ministère chinois de l'Environnement avait rendu public un rapport selon lequel la situation de la sûreté nucléaire en Chine ne "prête pas à l'optimisme". Il soulignait qu'elle est rendue compliquée par l'usage de différents types de réacteurs et de technologies.
 
Avant l'accident de Fukushima en mars 2011, l'objectif de la Chine était d'arriver à une puissance installée de 86 gigawatts en 2020, contre seulement 12 gigawatts en 2011. Mais la presse officielle chinoise avait rapporté cet été que cet objectif avait été ramené à 40 gigawatts.
 
Bien que la Chine soit le pays du monde qui construise le plus de centrales nucléaires, l'atome ne représente actuellement qu'un peu plus de 1% de son "mix énergétique", qui reste largement dominé par le charbon (environ 70%), suivi par l'énergie hydroélectrique (15%). Vingt-sept réacteurs sont actuellement en construction dans les régions côtières, selon la World Nuclear Association.