L'islamiste Abou Hamza et ses coaccusés extradés aux Etats-Unis

La justice britannique a accepté l'extradition d'Abou Hamza et de quatre autres islamistes. Deux avions les transportent vers les Etats-Unis où ils seront jugés pour activités liées au terrorisme.

06 oct. 2012, 08:47
Abou Hamza est accusé par Washington d'avoir pris part à des enlèvements de touristes occidentaux au Yémen et d'avoir facilité la mise en place d'un camp d'entraînement terroriste aux Etats-Unis notamment.

L'islamiste radical Abou Hamza et quatre co-accusés soupçonnés d'activités terroristes ont été extradés vers les Etats-Unis, a annoncé samedi la ministre britannique de l'Intérieur Theresa May. Cette extradition intervient après le rejet d'un ultime recours devant la Haute Cour de justice de Londres.

L'ancien imam manchot et borgne de la mosquée londonienne de Finsbury Park et ses co-accusés ont quitté dans la nuit de vendredi à samedi la base militaire de Mildenhall (est de l'Angleterre) à destination des Etats-Unis, épilogue d'une bataille judiciaire de plus de 10 ans. Ils étaient réclamés par les Etats-Unis pour "activités liées au terrorisme".
 
"Je confirme que cette nuit (vendredi à samedi) deux avions ont quitté la base de la Royal Air Force de Mildenhall", a précisé la ministre dans un communiqué. Les suspects sont en route "vers les Etats-Unis pour y être jugés", a-t-elle précisé.
 
Recours de dernière minute
 
Les avions ont décollé de la base de Mildenhall peu avant 1 heure suisse samedi, avec à leur bord Abou Hamza et ses quatre coaccusés - Khaled Al-Fawwaz, Babar Ahmad, Adel Abdul Bary et Syed Tahla Ahsan. Les cinq hommes avaient introduit un recours de dernière minute auprès de la Haute Cour la semaine dernière, après le feu vert de la Cour européenne des droits de l'Homme à leur extradition.
 
Quelques heures à peine après l'annonce de la décision de la Haute Cour de justice rejetant leur recours, un convoi de plusieurs véhicules de police, dont des fourgons blindés, avait quitté toutes sirènes hurlantes vendredi soir la prison de Long Lartin près de Birmingham (centre de l'Angleterre), où les cinq hommes étaient détenus.
 
"Les recours des cinq plaignants doivent être rejetés. Il s'ensuit que leur extradition vers les Etats-Unis peut être exécutée immédiatement", a indiqué le tribunal londonien dans son jugement.
 
Washington et Londres saluent
 
"Nous nous réjouissons que la procédure d'extradition dans ces affaires arrive à son terme", a déclaré à Washington Dean Boyd, un porte-parole du ministère américain de la Justice. Le ministère britannique de l'Intérieur a pour sa part "salué la décision de la Haute Cour".
 
Abou Hamza est visé par onze chefs d'accusation. L'ancien imam est notamment accusé par Washington d'avoir pris part à l'enlèvement de seize touristes occidentaux au Yémen en 1998, dont quatre sont morts lors d'une opération militaire pour les libérer.
 
Il est aussi soupçonné d'avoir facilité la mise en place d'un camp d'entraînement aux Etats-Unis en 2000-2001 et d'avoir aidé à financer des candidats au "jihad" désireux de se rendre au Proche-Orient pour s'entraîner à des attentats.