L'Etat islamique détruit de nouveaux joyaux à Palmyre

Les trésors du site antique de Palmyre continuent d'être frappés par des explosions perpétrées par l'Etat islamique.
08 sept. 2015, 17:03
This undated image released by UNESCO shows the site of the ancient city of Palmyra in Syria. A satellite image on Monday, Aug. 31, 2015 shows that the main building of the ancient Temple of Bel in the Syrian city of Palmyra has been destroyed, a United Nations agency said. The image was taken a day after a massive explosion was set off near the 2,000-year-old temple in the city occupied by Islamic State militants. (Ron Van Oers, UNESCO via AP)

L'Etat islamique (EI) a réduit en poussière plusieurs célèbres tours funéraires de Palmyre en Syrie. Le groupe radical sunnite traduit une volonté systématique de détruire ce qui reste des trésors de cette cité antique.

Les djihadistes "ont fait exploser plusieurs tours funéraires, notamment les trois les mieux préservées, les plus belles", a annoncé le chef des Antiquités syriennes Maamoun Abdelkarim. "Nous avions reçu des rapports il y a dix jours, mais nous venons de confirmer l'information".

Le site internet du Syrian Heritage Initiative, un institut basé aux Etats-Unis, a diffusé une image satellitaire montrant la disparition d'"au moins sept tombes". Cette photo aurait été prise le 2 septembre, selon M. Abdelkarim.

Symboles de la ville

Parmi les édifices détruits figurent les tombeaux-tours d'Elahbel, de Jamblique et de Khitôt. Ces tours avaient été construites pour abriter les dépouilles des membres des familles les plus riches de la ville. Elles étaient le symbole de l'essor économique de la ville durant les premiers siècles après J.-C.

Selon M. Abdelkarim, chaque tour, d'une superficie de 40 m2 chacune, avait sa spécificité: Jamblique (83 après J.-C.) est richement décorée de fresques; Elahbel (103 après J.-C.), haute de quatre étages, est la plus célèbre et la mieux préservée, tandis que Khitôt, du nom d'un riche Palmyrien, est la plus ancienne (44 après J.-C.) et intégrait une sculpture montrant cet homme avec sa famille.

Destruction systématique

L'EI s'est emparé le 21 mai de Palmyre, à 205 km à l'est de Damas. Ces deux dernières semaines, il a amputé ce site classé au Patrimoine mondial de l'Humanité de ses plus beaux temples, ceux de Bêl et Baalshamin, détruits à coups d'explosifs.