L'épidémie d'Ebola se propage trop vite, déplore l'OMS

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest se propage tellement vite si bien que la mobilisation visant à l'enrayer ne suffit pas.

01 août 2014, 17:15
A man washes his hands before entering a public building as part of a drive to prevent the spread of the Ebola virus in the city of Monrovia, Liberia, Thursday, July 31, 2014. The worst recorded Ebola outbreak in history surpassed 700 deaths in West Africa as the World Health Organization on Thursday announced dozens of new fatalities. (AP Photo/Abbas Dulleh)

La directrice de l'Organisation mondiale de la Santé, Margaret Chan, a déploré vendredi que l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest "avance plus vite" que la mobilisation pour l'enrayer. Elle a appelé à y remédier sous peine de "conséquences catastrophiques" et de propagation à d'autres pays.

"Les effectifs actuels de secours nationaux et internationaux sont tristement inadéquats", a déclaré Mme Chan lors d'un sommet régional sur l'épidémie à Conakry. Elle a souhaité que "cette rencontre marque un tournant dans la lutte contre l'épidémie", selon un communiqué de l'OMS.

"Cette épidémie avance plus vite que nos efforts pour la contrôler. Si la situation continue à se détériorer, les conséquences peuvent être catastrophiques en termes de vies perdues mais aussi de perturbations socio-économiques et de risque élevé de propagation à d'autres pays", a-t-elle prévenu.

Réunion d'urgence le 6 août

"Les pays touchés ont fait des efforts extraordinaires et pris des mesures extraordinaires. Mais les besoins créés par Ebola en Afrique de l'Ouest dépassent vos capacités de lutte", a-t-elle dit à l'intention des présidents guinéen, sierra-léonais et libérienne présents à ce sommet, ainsi que la ministre ivoirienne de la Santé.

"Malgré l'absence de vaccin ou de thérapie curative, les épidémies d'Ebola peuvent certainement être endiguées", a ajouté la directrice de l'OMS, soulignant néanmoins qu'il s'agissait "de loin de la plus grande en près de 40 ans d'histoire de cette maladie", avec 1323 cas, dont 729 mortels.

Elle a par ailleurs annoncé la convocation pour le 6 août d'une réunion d'urgence pour "évaluer les implications internationales de l'épidémie en Afrique de l'Ouest".