L'Egypte serait prête à envoyer des avions et des blindés dasn le Sinaï

L'Egypte est prête à faire usage de son armée dans le Sinaï pour écraser les islamistes à la frontière israélienne.

20 août 2012, 18:10
Des camions de l'armée acheminent déjà des chars dans le nord du Sinaï.

Les blindés et les avions de l'armée égyptienne pourraient se diriger vers le Sinaï, une première depuis 1973, afin de mater le bastion islamiste à la frontière israélienne, a dit lundi la sécurité. Le ministre de la Défense a effectué sa première visite d'inspection depuis le récent raid meurtrier dans cette région.

Les plans visant à accélérer l'opération sont actuellement mis au point par le ministre, le général Abdel Fattah al-Sissi.
 
Des activistes islamistes présumés ont tué récemment 16 gardes-frontières égyptiens lors d'une attaque surprise d'un poste-frontière du Sinaï.
 
Mesure sécuritaire
 
La péninsule, vaste ensemble désertique aux confins de l'Egypte, d'Israël et de la bande de Gaza, est partiellement démilitarisée depuis le traité de paix égypto-israélien de 1979. Habitée principalement par des tribus bédouines, elle est le lieu de trafics en tous genres.
 
"Le général al-Sissi supervisera les derniers plans visant à frapper les éléments terroristes en utilisant l'aviation et des lance-roquettes mobiles pour la première fois depuis le début de l'opération", a aussi précisé la source sécuritaire égyptienne.
 
D'après une autre source de la sécurité, l'armée envisage d'attaquer le mont al-Halal, dans le centre de la péninsule, à l'aide notamment de chars pour y débusquer les activistes qui y sont retranchés.
 
Souhait récemment par Morsi
 
Le nouveau président égyptien, le Frère musulman Mohamed Morsi, élu en juin, a juré de rétablir l'ordre et la sécurité dans le Nord-Sinaï.
 
Après le raid du 5 août, l'Egypte a lancé une opération conjointe associant militaires et policiers qui a permis de débusquer des caches, d'arrêter des activistes et de saisir des armes.
 
Les autorités israéliennes, qui disent être en contact régulier avec Le Caire, encouragent l'Egypte à agir contre les auteurs de l'attaque récemment dans la région.