L'avocate de la famille de Leonarda va déposer un recours

L'avocate de la famille de Leonarda Dibrani, dont la famille devrait être expulsée du territoire français, a annoncé son intention de faire recours en justice.
28 oct. 2013, 20:01
epa03914974 French students hold placards in support of recently deported undocumented teens during a demonstration in Paris, France, 18 October 2013. French high school students intensified their protest 18 October over the deportation of undocumented migrant classmates, blocking several schools ahead of a mass rally in Paris. On 17 October, thousands of students called for the 'immediate return' of Leonarda Dibrani, who had been attending school in the eastern Franche-Comte region for the past four years and was deported to Kosovo, and Khatchik Kachatryan, a 19-year-old Armenian who was also recently deported. The banner reads 'No to deportations' and 'It is the Valls of idiots', referring to French Interior Minister Manuel Valls.  EPA/IAN LANGSDON

L'avocate de la famille de Leonarda Dibrani a annoncé lundi qu'elle allait déposer un recours en justice. Elle veut demander l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français dont a fait l'objet la famille de la collégienne rom.

Me Brigitte Bertin entend contester cette mesure administrative prononcée le 19 juin à l'encontre des parents de Leonarda et mise à exécution début octobre avec le renvoi de toute la famille au Kosovo. Le délai légal pour engager un recours n'était toutefois pas épuisé, selon l'avocate.

Le jour de l'expulsion, le 9 octobre, la police était allée chercher l'adolescente de 15 ans alors qu'elle participait à une sortie avec sa classe, créant une tempête politique.

"Le recours met en avant que les enfants de la famille Dibrani ont fait des progrès importants depuis leur arrivée en France, il y a presque cinq ans", a déclaré Me Bertin. "Le parcours de vie des enfants a été marqué par une grande instabilité, alors que leur séjour en France leur a apporté stabilité et scolarisation", a souligné l'avocate.

Un rapport demandé par le gouvernement devant l'émotion suscitée par l'interpellation de Leonarda a cependant souligné des absences répétées des enfants au sein des écoles qu'ils fréquentaient.

La famille Dibrani, qui compte sept enfants dont quatre en âge d'être scolarisés, est arrivée irrégulièrement en France le 26 janvier 2009, après avoir vécu plusieurs années en Italie. Ses demandes d'obtention du droit d'asile ou de régularisation ont toutes été rejetées.