Japon: scandale de maltraitance de personnes âgées à Tokyo

Des vieux habitants de la capitale japonaise ont été victimes de maltraitance à plusieurs reprises. Les personnes âgées logeaient pourtant dans des infrastructures sensées être adaptées à leurs besoins.

18 févr. 2015, 10:23
Entre 130 et 150 personnes âgées sont concernées par ces maltraitances.

Des dizaines de personnes âgées vivant à Tokyo dans des logements censés être conçus pour leurs besoins ont régulièrement subi des sévices, ont reconnu mercredi des responsables municipaux. Le scandale qui met en exergue la situation déplorable d'une partie des vieux habitants esseulés des mégapoles japonaises.

La municipalité a ordonné au prestataire de soins mis en cause, dont le nom n'a pas été communiqué, de cesser de maltraiter ces vieillards dans trois immeubles, après la découverte par des inspecteurs d'environ 130 victimes de séquestration.

"Après un reportage des médias en novembre, nous avons effectué une inspection et avons constaté que 130 des 150 résidents âgés des appartements incriminés ont été régulièrement attachés à leur lit ou enfermés dans leur chambre par les personnels de soins", a expliqué un fonctionnaire. "Ces méthodes ont été employées pour des motifs médicaux, sans que soit vérifié si elles étaient nécessaires".

Emoi médiatique

Le ministère japonais de la Santé a précisé en 2001 que de telles privations corporelles ne devraient être utilisées que de façon temporaire et lorsqu'il n'y a pas d'autre moyen de protéger le patient et le soignant. Il existe au moins 25 résidences de ce type à Tokyo.

Cet incident a causé un émoi médiatique au Japon où la question des soins aux personnes âgées croît à mesure que la population vieillit. Et les jeunes générations ne sont plus si enclines à suivre le modèle traditionnel qui veut que les enfants s'occupent de leurs parents recueillis à leur domicile.

Plus d'un quart de la population japonaise de 127 millions d'habitants a déjà plus de 65 ans, une proportion qui va continuer de grimper pour atteindre 40% en 2050, selon les statistiques gouvernementales.