Italie: gigantesque incendie dans une raffinerie en Sicile

Un gros incendie a éclaté dans la nuit de vendredi à samedi dans la raffinerie de Milazzo, dans le nord de la Sicile. Colère des écologistes face aux propos de la fédération italienne des industries pétrolières qui minimise la gravité du sinistre.
07 août 2015, 14:16
Des travaux étaient en cours dans la raffinerie au moment du sinistre, mais la cause n'était pas encore connue.

Un gigantesque incendie s'est déclaré dans la nuit de vendredi à samedi dans la raffinerie de Milazzo, dans le nord de la Sicile. Mais il n'a pas fait de victimes et la situation est "sous contrôle", ont annoncé les pompiers.

Pendant une partie de la nuit, d'immenses flammes se sont élevées d'un réservoir, et des centaines d'habitants de la zone, inquiets, ont décidé de s'éloigner, provoquant de vastes embouteillages. L'incendie s'est circonscrit à un réservoir de 5000 litres à moitié plein. Samedi après-midi, les flammes étaient quasiment éteintes et il n'y avait presque plus de fumée.

La cause du sinistre n'était pas connue mais des travaux de maintenance étaient en cours sur ce réservoir, ont précisé les pompiers. Une enquête a été ouverte. Au plus fort de l'incendie, les flammes montaient jusqu'à plusieurs dizaines de mètres de haut, dégageant une épaisse fumée noire, étaient visibles à des kilomètres à la ronde.

En juin 1993, un incendie dans cette raffinerie avait provoqué une explosion dans laquelle sept employés avaient trouvé la mort. La panique est rapidement retombée samedi matin, mais le maire de Milazzo a annoncé que les écoles resteraient fermées samedi et a demandé à l'Agence régionale de protection de l'environnement de contrôler la qualité de l'air de la ville.

Colère des écologistes

La fédération italienne des industries pétrolières (FederPetroli) a pour sa part assuré dans un communiqué que, malgré "le nuage" de fumée provoqué par l'incendie, "la situation ne présentait pas de danger pour l'environnement et l'air ambiant".

Cette affirmation a provoqué la colère des écologistes, qui ont dénoncé des propos "scandaleux" sur un incendie d'une "gravité inédite".

"Des substances toxiques et hautement cancérigènes ont été émises dans l'atmosphère par la combustion des hydrocarbures", a affirmé Angelo Bonelli, un porte-parole des Verdi (écologistes), réclamant une enquête pour contrôler si de récentes directives imposant des travaux de maintenance avaient été appliquées.