Italie: Enrico Letta, chargé de former un gouvernement, consulte tous azimuts

Désigné par le Président italien pour former un nouveau gouvernement et permettre enfin à l'Italie de sortir de la crise, Enrico Letta a mené jeudi des consultations politiques.

25 avr. 2013, 19:35
epa03675016 Enrico Letta (L), the deputy secretary of the centre-left Democratic Party (PD), delivers a speech at the end of his meeting with Italian President Giorgio Napolitano, in Rome, Italy, 24 April 2013. Letta was given a mandate to form a new government by the Italian President Giorgio Napolitano. He accepted with 'reservation', ahead of talks with other parties.  EPA/MAURIZIO BRAMBATTI

Désigné par Giorgio Napolitano, Enrico Letta a mené jeudi des consultations politiques éclair pour former au plus vite un exécutif alliant gauche et droite.

Ce catholique au nez chaussé de fines lunettes, qui a déjà été trois fois ministre, a notamment rencontré des représentants du Peuple de la Liberté (PDL) de Silvio Berlusconi et de sa propre formation le Parti démocrate (PD), ainsi que des partisans du chef de gouvernement sortant Mario Monti. C'est à partir de ces trois forces jusqu'ici rivales qu'il devra construire une majorité au parlement afin de pouvoir obtenir un vote de confiance.

18 ministres pour samedi

Pour ce qui concerne le calendrier, l'objectif de Letta serait d'établir d'ici à samedi une liste resserrée des membres du gouvernement (18 ministres dont 12 avec portefeuille) et de demander un vote de confiance lundi à la Chambre et mardi au Sénat.

Si le gouvernement Letta parvenait à passer cette épreuve, cela permettrait enfin à l'Italie de sortir du blocage politique issu des élections des 24 et 25 février, qui n'ont pas de donné de majorité claire de gouvernement au Parlement.

Italie divisée

La gauche a la majorité absolue à la Chambre des députés, alors que le Sénat, sans lequel il est impossible de gouverner, est divisé en trois blocs: PD, PDL et le Mouvement 5 Étoiles (M5S) de l'ex-humoriste Beppe Grillo.

"Nous soutiendrons tout gouvernement en mesure de faire approuver les projets de loi urgents dont l'Italie a besoin", a promis jeudi Berlusconi, qui milite notamment en faveur de l'abolition de l'impôt foncier sur la résidence principale instauré par le gouvernement sortant de Mario Monti.

Enrico Letta s'est engagé pour sa part à former "un gouvernement au service du pays" avec pour objectif "des réformes institutionnelles pour réduire le nombre de parlementaires, modifier le bicaméralisme et une nouvelle loi électorale", pour éviter à l'avenir l'impasse actuelle.

Enrico Letta devait terminer ses entretiens en fin de journée avec le M5S de Beppe Grillo, opposant irréductible à toute forme d'alliance de gouvernement avec les partis traditionnels.