Israël veut construire 1000 logements à Jérusalem-Est

Israël veut accélérer les plans pour la construction de 1000 logements à Jérusalem-Est, où les affrontements se poursuivent.

27 oct. 2014, 12:55
epa04456239 A general view  of the East Jerusalem  neighborhood of Silwan, in Jerusalem, Israel, 21 October 2014. Media reports that nine new Jewish settlers families purchased two apartments buildings at the East Jerusalem neighborhood of Silwan and move into the apartments overnight on 20 October.  EPA/ABIR SULTAN

Le gouvernement israélien a décidé d'accélérer les plans pour la construction d'un millier de logements supplémentaires à Jérusalem-Est. Cette annonce intervient en plein climat de tensions dans la partie annexée et occupée de la ville.

"Le gouvernement a décidé de faire avancer la planification pour la construction de plus de 1000 unités d'habitation à Jérusalem, à peu près 400 (dans le quartier de) Har Homa et environ 600 à Ramat Shlomo", a dit un responsable sous le couvert de l'anonymat. Har Homa et Ramat Shlomo sont deux colonies juives à Jérusalem-Est.

Ce responsable n'a pas précisé si le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu annonçait là un tout nouveau projet de construction ou l'accélération d'un programme existant.

Une telle annonce peut signifier soit que les autorités se disposent à lancer les appels d'offres pour la construction effective de projets existants, soit qu'elles font avancer la procédure, a précisé à l'AFP Lior Amihai, un porte-parole de l'organisation anti-colonisation "la Paix maintenant".

"Jérusalem est en train de brûler"

Quoi qu'il en soit, le moment est particulièrement malvenu, a-t-il dit. "Il n'y a jamais de bon moment pour faire des choses pareilles, mais celui-ci l'est encore moins que les autres, alors que Jérusalem est en train de brûler", a-t-il dit.

Cette annonce intervient sur fond de tensions grandissantes dans la Ville sainte secouée depuis cinq jours par des heurts d'une ampleur inédite. Notamment dans le vieux Jérusalem où se trouve l'emblématique esplanade des Mosquées.

Les affrontements se sont poursuivis dans ce quartier, durant la nuit de dimanche à lundi, alors les Palestiniens enterraient, sous haute surveillance, Abdelrahmane Shalodi. Ce Palestinien de Jérusalem-est est accusé par Israël d'avoir tué un bébé de trois mois et une femme dans un attentat "terroriste" mercredi.

Le Croissant-Rouge palestinien a recensé plus d'une vingtaine de blessés dans la nuit. La police israélienne a fait état de huit arrestations.

La dépouille a été enterrée vers minuit en présence de 50 personnes autorisées. Des centaines de jeunes étaient cantonnés par la police aux abords du cimetière de la Porte des lions, sur le mont des Oliviers, a rapporté un militant associatif.

Craintes d'une "explosion"

La décision d'Israël d'accélérer ses plans pour la construction de logements à Jérusalem-Est provoqueront une "explosion", a prévenu lundi un haut dirigeant du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas.

Le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat a, lui affirmé que les Palestiniens envisageaient désormais d'accélérer leurs démarches "auprès du Conseil de sécurité de l'ONU".

Ils veulent prochainement soumettre un projet de résolution fixant une date à la fin de l'occupation israélienne, ainsi que leur adhésion à la Cour pénale internationale".