Israël: la FIFA accusée de cautionner la colonisation des territoires palestiniens

En permettant la tenue de matchs de foot dans des colonies israéliennes, l'ONG Human Rights Watch accuse la FIFA de cautionner le vol des terres palestiniennes.
26 sept. 2016, 14:01
Ce stade de foot fait partie de la colonie de Givat Ze'ev.

Un club réunissant 100 spectateurs par match devrait être fier qu'on parle de lui dans les médias. Mais l'Ariel City FC, équipe d'une colonie israélienne, est accusée, avec la FIFA, de cautionner la confiscation de terres palestiniennes.

Shay Bernthal, président du club, préfère rire de la disproportion entre la taille de son équipe et l'attention qui lui est portée: "C'est drôle de voir notre équipe, notre toute petite équipe, faire la une des journaux à travers le monde", déclarait-il la semaine passée en marge d'un entraînement.

Ariel est l'un des clubs israéliens qui devraient être à l'ordre du jour du comité exécutif de la FIFA les 13 et 14 octobre à Zurich, et pas à cause de l'excellence de ses résultats. Ariel est en cinquième division israélienne et, à voir les joueurs s'entraîner, il y encore loin jusqu'à la Ligue des champions.

Mais Ariel, comme cinq autres clubs des 3e, 4e et 5e divisions israéliennes, considérées comme semi-professionnelles, joue ses matches à domicile non pas en Israël, mais dans les colonies de Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

Les colonies sont considérées comme illégales par la communauté internationale qui y voit un obstacle minant une éventuelle solution de paix à deux Etats --palestinien et israélien-- coexistant côte-à-côte.

C'est ainsi que le club d'Ariel se retrouve impliqué dans l'un des plus vieux conflits du monde. Et depuis lundi, il figure dans un rapport publié par l'ONG Human Rights Watch sur le football dans les colonies.

L'ONG accuse la FIFA de cautionner le "vol" de terres palestiniennes en acceptant que des matches organisés par la Fédération israélienne de football se jouent dans les colonies.

En reconnaissant ces rencontres disputées sous l'égide de l'un de ses membres, la FIFA soutient indirectement l'existence des colonies, et contribue à des violations du droit humanitaire international et des droits de l'Homme, a souligné HRW.

"La FIFA ternit le magnifique jeu de football en permettant la tenue de matches sur des terres volées", a déclaré Sari Bashi, responsable local de l'ONG de défense des droits de l'Homme.

HRW presse le président de la FIFA, Gianni Infantino, de faire cesser ces matches. Soixante-six membres du Parlement européen ont lancé un appel similaire aux instances internationales du football.

Ben Haddad, un responsable du club du Beitar Maale Adoumim, dans l'une des plus importantes colonies de Cisjordanie occupée, juge le procès "absurde".

Les enfants risquent d'être les premiers à en payer le prix s'ils n'ont plus le droit de prendre une licence israélienne, dit-il. La Fédération israélienne déplore que le foot "soit embarqué du terrain de sport au terrain politique".

Mais la politique n'est jamais loin quand il est question des colonies. Depuis 1967, 500'000 colons israéliens se sont installés dans les Territoires palestiniens occupés, selon l'ONU.