Irak: au moins 49 morts ce vendredi lors d'attaques contre des sunnites

Deux jours après des attaques ayant fait des dizaines de morts parmi les chiites, des attentats ont fait au moins 49 morts en Irak ce vendredi au sein des milieux sunnites.

17 mai 2013, 15:08
Au moins 49 personnes ont été tuées vendredi en Irak, dans plusieurs attaques contre des sunnites, ont rapporté des sources de sécurité et médicales.

Au moins 49 personnes ont été tuées vendredi en Irak, dans plusieurs attaques contre des sunnites, ont rapporté des sources de sécurité et médicales. Ces attentats interviennent après deux journées marquées par des attaques ayant tué des dizaines de chiites.

Un attentat visant des fidèles sunnites après la prière hebdomadaire du vendredi a fait 41 morts et 57 blessés à Bakouba, à 60 kilomètres au nord-est de Bagdad, ont annoncé des sources policières et médicales.

Une première bombe a explosé près de la mosquée de Saria que les fidèles quittaient, avant qu'une seconde n'explose, touchant des badauds rassemblés sur les lieux de la première attaque, ont précisé ces sources.

Et à Madaïn, à 25 kilomètres au sud de la capitale, une bombe a visé des funérailles d'un sunnite, faisant huit morts et au moins 25 blessés, selon des sources médicales et de sécurité.

Lieux de culte

Ces attentats interviennent après deux journées marquées par des attaques ayant tué des dizaines de chiites, sur fond de crise politique et de tensions entre la minorité sunnite et la majorité chiite émaillées par de nombreuses attaques contre des lieux de culte des deux confessions.

La tension monte entre le gouvernement de Nouri al-Maliki, de confession chiite, et les sunnites du pays qui accusent les autorités de stigmatiser leur communauté en procédant à des arrestations et en lançant des accusations de "terrorisme" injustifiées.

Des manifestations secouent régulièrement plusieurs zones à majorité sunnite depuis près de cinq mois.

Ces violences ravivent le spectre du cycle de représailles durant le pic des violences confessionnelles en Irak qui ont fait des dizaines de milliers de morts après l'invasion américaine de 2003.