Hong Kong: les manifestations pro-démocratie n'ont pas faibli pour le jour de la fête nationale

Au troisième jour de manifestation, jour de fête nationale chinoise, les mouvements pro-démocratiques ne faiblissent pas à Hong Kong.
07 août 2015, 14:17
Des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie restaient fortement mobilisés à Hong Kong mercredi, jour de la fête nationale chinoise.

Des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie restaient fortement mobilisés à Hong Kong mercredi, jour de la fête nationale chinoise. Ils demeurent ainsi sourds aux appels répétés du chef de l'exécutif local à rentrer chez eux.

"Pleinement sensibilisé", le secrétaire d'Etat américain John Kerry doit discuter de la crise politique actuelle à Hong Kong avec son homologue chinois Wang Yi au cours d'un entretien prévu mercredi au département d'Etat, a annoncé mardi la diplomatie américaine.

Au terme d'une troisième nuit de rassemblement, les manifestants ont commencé à converger vers la place Golden Bauhinia, site historique hautement symbolique. Une cérémonie de levée des couleurs pour marquer le 65e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine y était prévue le 1er octobre.

La cérémonie de lever de drapeaux, celui de la Chine et celui de Hong Kong, s'est produite sans incident. Certains contestataires ont sifflé lorsqu'a retenti l'hymne national tandis que le chef de l'exécutif de la "région administrative spéciale", Leung Chun-ying, serrait tout sourire la main de plusieurs de ses partisans présents.

"Nous ne célébrons pas le 65e anniversaire de la Chine. Face à l'agitation politique à Hong Kong et les persécutions continues contre les défenseurs des droits de l'homme en Chine, je pense que cette journée n'est pas celle des célébrations, mais un jour de tristesse", a commenté Oscar Lai, porte-parole d'un groupe d'étudiants.

La cérémonie n'a toutefois pas entamé l'atmosphère de fête qui règne parmi les manifestants. Il s'agit en majorité d'étudiants fédérés par le mouvement Occupy Central créé en janvier 2013, qui réclament des élections libres et la démission de Leung, au pouvoir depuis 2012.

"Révolution des parapluies"

Des milliers de manifestants avaient bravé les intempéries dans la nuit de mardi à mercredi à Central et Admiralty, poumon financier de la ville situé non loin du siège du gouvernement, juste avant deux jours fériés marquant la victoire des communistes sur les nationalistes et la proclamation de la République populaire de Chine en 1949.

Des pluies d'orage s'étaient abattues sur la ville en début de soirée, contraignant les manifestants à ressortir les parapluies multicolores déployés dimanche contre les gaz lacrymogènes et le gaz au poivre. Ils ont valu au mouvement le nom de "révolution des parapluies" sur les réseaux sociaux.

"Nous avons passé plus d'une semaine sous les assauts du soleil et du gaz au poivre, nous pouvons supporter la pluie. Rien ne peut nous arrêter", assurait Choi, un étudiant en première année de fac.

Les protestataires ont juré d'occuper le coeur de la ville tant qu'ils n'auront pas obtenu les réformes politiques promises après la rétrocession à la Chine de l'ancienne colonie britannique en 1997. Ils s'insurgent notamment contre la décision de la Chine, annoncée en août, d'accorder le suffrage universel pour l'élection du chef de l'exécutif en 2017 tout en gardant le contrôle des candidatures.