Hollande ironique et sarcastique envers Sarkozy

François Hollande a dévoilé jeudi matin le projet de Nicolas Sarkozy: "travailler moins pour gagner moins".

05 avr. 2012, 16:24
hollande

Invité de "La Matinale" sur Canal+ le député de Corrèze a déclaré que "les accords compétitivité-emploi, ce n'est rien d'autre que 'travailler moins pour gagner moins".

Le programme de Nicolas Sarkozy, "ce sera aussi une mise en cause des collectivités locales, c'est là qu'il veut faire des économies", a prédit François Hollande.

"Le projet caché, c'est aussi des impôts supplémentaires", a-t-il poursuivi, en citant la hausse de la TVA qui doit entrer en application en octobre prochain - sauf si la gauche remporte les législatives de juin prochain.

François Hollande a rappelé qu'il avait présenté ses "60 engagements pour la France" dès le mois de janvier et qu'il avait même détaillé mercredi les mesures qu'il prendrait au cours de sa première année à l'Elysée, en cas de victoire. "J'ai dit: voilà ce que je ferai, presque jour après jour, à partir du 6 mai", a-t-il souligné, ironisant sur l'intention de Nicolas Sarkozy de formuler des propositions entre les deux tours. "Il peut même faire des propositions après le 6 mai. Nous verrons bien dans quelle situation il sera!" s'est-il moqué.

Le candidat socialiste a usé de sarcasme pour répondre aux critiques de son adversaire UMP sur sa façon de s'exprimer. "Il faudrait qu'il fasse attention à sa voix parce qu'à force de hurler comme ça, ça va finir par poser un problème", l'avait mis en garde le chef de l'Etat en ajoutant qu'"à la présidence de la République, il y a beaucoup de stress, il faut du sang-froid".

"Moi, j'aime bien quand Nicolas Sarkozy fait de leçons de calme, de comportement, de sagesse. Ca lui ressemble tellement!" a rétorqué François Hollande. "Depuis cinq ans, il a été tellement maîtrisé, tellement contenu, tellement réservé", a-t-il raillé. "C'est pas le genre, lui, à crier et à hurler, y compris par rapport à des Français qui lui font protestation. Donc je reçois vraiment avec beaucoup de plaisir ce type de conseil".

Pour clore l'interview sur un sujet léger, la journaliste lui a demandé son opinion sur les mocassins à gland qui reviennent à la mode. "Je n'aime pas du tout les mocassins à gland. Ni les glands, ni les mocassins!" a plaisanté François Hollande. Lorsque la journaliste a remarqué un clivage gauche/droite sur ce sujet, François Hollande a acquiescé en assénant: "c'est aux chaussures qu'on voit la différence".